Bonjour, j'ai 17 ans et je suis en terminale ES

Questions-Réponses : Autre
lolotte35 Postée Plus d'un an 3 RÉPONSES Signaler le contenu
Bonjour, j'ai 17 ans et je suis en terminale ES à Rennes. J'ai beaucoup de facilités en langues, et j'aimerais beaucoup les utiliser dans mon métier. J'ai bien sûr pensé à faire LLCE, mais je n'ai pas du tout la vocation à l'enseignement, étant trop timide etc... J'ai aussi pensé à LEA, mais les débouchés ouvrent sur le commerce et c'est le même problème, je n'ai pas une personnalité adaptée à travailler dans le commerce. Quand au métier de traducteur-interprète, on sait tous que les débouchés sont très étroits et que les postes sont précaires. Sinon, on m'a toujours dit, dans mon entourage proche, que le droit me correspondrait bien, étant rigoureuse, méticuleuse et travailleuse. J'ai donc pensé au métier d'avocat ou juriste international, où je pourrais utiliser les langues. Je me suis renseignée et j'ai appris qu'il existait, à Grenoble, à Nantes et à Tours notamment, des licences droit-langues (c'est assez récent à ce que j'ai compris). Cela me plairait bien, seulement je suis allée lire des forums et j'en ai parlé à ma prof d'anglais... Et apparemment, comme l'accent est mis sur les langues, la partie droit est assez négligée, or il faut bien sûr avoir des bases très solides en droit pour exercer les métiers du droit international. Ma prof m'a donc suggéré de faire une licence de droit normal à Rennes, puis, plus tard, de faire des formations à l'étranger, et que étant donné mon niveau en anglais, ce n'était pas grave si j"abandonnais" un peu les langues lors de ma licence de droit. Que me suggérez-vous ? Merci de répondre au plus vite.
lolotte35 Postée Plus d'un anSignaler le contenu
Ah et j'oubliais... en quoi consistent les métiers du droit international exactement ?
ljus Postée Plus d'un anSignaler le contenu
Bonsoir,

Je tiens juste à émettre une précision par rapport à une phrase que tu as écrite :

"Quand au métier de traducteur-interprète, on sait tous que les débouchés sont très étroits et que les postes sont précaires."

Le domaine de la traduction recouvre de nombreuses notions qu'il ne faut pas forcément toujours englober. Par exemple, tu parles de "traducteur-interprète" comme s'il s'agissait du même métier, or il y a une différence de taille entre ces deux branche : pour le métier de traducteur, il s'agit de transmettre un message d'une langue A vers une langue B par voie ECRITE, alors que l'interprète doit transmettre un message par voie ORALE. Tu as raison pourtant lorsque tu parles du peu de débouchés pour le métier de traducteur, où il y a plus de candidats que de places sur le marché. Le salaire final n'est d'ailleurs pas génial (excepté peut-être en se spécialisant dans des domaines spécifiques comme le droit ou le commerce, où là en effet une LEA serait valorisante). Pour autant le deuxième (interprète) va au contraire connaître une pénurie importante de professionnels (car départs à la retraite) vers de nombreuses langues européennes, dont le français, alors que le salaire est des plus attractifs (entre 2000 et 4000 euros nets comme salaire de départ dans une institution européenne comme l'ONU ou le Parlement Européen). Evidemment, certains peuvent également arborer une carte de visite manifestant de leur fonction de "traducteur-interprète", mais cela signifie seulement qu'ils peuvent exercer ces deux métiers en même temps (généralement lorsqu'ils sont en freelance), mais jamais qu'il s'agit de la même profession. Tu as aussi les guides-interprètes, ce qui est encore autre chose, etc.

Voilà, c'était juste un petit "aparté" pour bien faire la distinction entre ces deux branches. ;)

Maintenant par rapport à tes aspirations, tu pourrais effectivement t'essayer au droit, mais je ne connais pas très bien ce milieu alors je ne m'aventurerais pas trop au risque de dire des bêtises. Pourquoi ne pas également songer au tourisme, où tes langues seront un grand plus, au métier d'hôtesse de l'air, etc ?
Postée Plus d'un anSignaler le contenu


Bonjour,




Ces doubles formations débouchent sur une bi licence, et vous permettront de poursuivre en master de droit international. IL s' agit d'un cursus classique de droit tout en approfondissant la connaissance d’une langue vivante étrangère et du système juridique du pays correspondant.
C' est une excellente formation.

Un test de langue est souvent demandé, attention, il se passe souvent dès Janvier ou Février, renseignez vous auprès de l'université.

Restant à votre disposition, cordialement.

QUESTIONS / RÉPONSES

Pose ta question



DOSSIER

métier 2.jpg

Divers

Vous pouvez choisir des secteurs professionnels plus confidentiels. Découvrez tous les métiers et les formations des secteurs moins connus du grand public.

Voir le dossier

Acceptez-vous de recevoir des notifications d'orientation ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui