Risk Manager (Manager de Risques)

    NIVEAU SCOLAIRE

    Bac+5

    SECTEUR D'ACTIVITÉ

    Audit , RSE , Gestion des risques , Comptabilité , gestion financière , Finance , Environnement

    SALAIRE

    1925 € / mois à 3080 € / mois

    Qu'est ce que le métier Risk Manager (Manager de Risques) ?

    Le manager de risques est chargé d’évaluer et d’anticiper l’ensemble des risques possibles au sein de l’entreprise dans laquelle il évolue. Il est également chargé d’évaluer les répercussions financières des risques encourus (vol, accident, incendie, détournements…).

    Il réalise en général un audit préalable afin de prendre des plans d’actions pour diminuer ces risques et pour limiter les dégâts. Il est également en charge du choix des risques à assurer et du choix de la compagnie d’assurances avec laquelle il va entamer des négociations.

    Il travaille dans la banque et l’industrie, généralement rattaché à la direction générale d’une entreprise ou d’un siège d’une banque. C’est un rôle qui est davantage présent dans les industries plus exposées aux risques technologiques, telles que l’énergie, la pharmacie ou encore le pétrole.

    Il est aussi possible d’exercer cette fonction au sein de cliniques ou d’hôpitaux pour la prise en charge des risques sanitaires. Enfin, certains manager de risques travaillent au sein de cabinets de conseil et proposent leurs services à plusieurs entreprises.

    C’est un métier polyvalent en relation avec un grand nombre de services d’une entreprise, aussi bien le service juridique que les ressources humaines, l’audit interne ou encore les services financiers. Cet aspect implique une certaine mobilité de la part du risk manager, qui peut être amené à prospecter diverses sociétés d’assurances et  à rencontrer ses différents interlocuteurs.

    Que fait un Risk Manager (Manager de Risques) ?

    Il doit anticiper les risques et les crises. Il a pour objectif d’identifier les points de vulnérabilité d’une entreprise, d’évaluer les risques encourus sur plusieurs cas de figure possibles (incendie, accident, vol…) et les répercussions financières.

    Il conseille sa hiérarchie sur les mesures préventives et sensibilise le personnel aux problématiques de sécurité et aux différents systèmes de prévention.

    Il élabore les plans de survie pour permettre à l’entreprise de fonctionner normalement en cas de sinistre ou de crise interne. Il décide des risques à assurer, détermine les garanties à souscrire et choisit la compagnie d’assurances après une étude.

    Il peut aussi être en charge de la négociation des termes du contrat avec un courtier ou un agent général pour faire bénéficier l’entrepris des solutions les mieux adaptées.

    Vidéo de présentation du métier

    Qualités pour être Risk Manager (Manager de Risques)

    Il doit avoir un éventail complet et varié d’intérêts et de compétences, aussi bien dans l’hygiène que dans la sécurité ou l’environnement. Il effectue une veille de l’actualité économique et géopolitique, technologique et juridique, notamment sur les réglementations.

    C’est une personne curieuse et courageuse qui sait résister aux pressions internes comme externes. Il doit être pédagogue et convaincant pour pouvoir faire évoluer les mentalités et impulser un changement des comportements au sein d’une entreprise.

    Données statistiques sur le poste Risk Manager (Manager de Risques)

    Derniers diplômes obtenus par les membres de notre panel avant d'accéder au poste de Risk Manager (Manager de Risques)

    Combien gagne un Risk Manager (Manager de Risques) ?

    Un jeune cadre peut espérer gagner entre 3 000 et 6 000 euros bruts par mois selon la taille de l'entreprise et l'expérience du professionnel.

    La gestion des risques ne constitue pas un gros vivier d’emplois, le secteur compte en moyenne 400 professionnels en France, travaillant principalement pour des grosses entreprises.

    Cependant, avec le développement du métier dans les PME, le poste est plus susceptible de s’ouvrir aux jeunes diplômés. De manière générale, c’est un poste réservé en priorité à des professionnels dotés d’une expérience dans l’industrie, les assurances, le conseil ou l’audit.

    Vitalité du métier

    Évolution de l'effectif au cours des dernières années.