Collaborateur juridique

Niveau scolaire
Bac ou équivalent
Secteur d'activité
Applications des droits et stat...
Salaire
1500€ - 2000€ nets/mois

Le collaborateur juridique est chargé d’assister un juriste. Il peut être employé en entreprise publique ou privée ou en association, en étude (huissier, notaire, commissaire-priseur), en cabinet juridique, au tribunal administratif ou de police. 

Fonctions

Clerc de notaire, d’huissier, clerc d'avocat ou de commissaire-priseur, assistant notarial ou de cabinet juridique… Le collaborateur juridique collecte les informations nécessaires au traitement et au suivi des dossiers ou au déroulement des procédures.

Selon sa qualification, il peut recevoir la clientèle et se déplacer pour assurer les relations avec clients et accomplir diverses formalités nécessaires aux procédures (administratives, fiscales...). Il peut fournir des informations ou rédiger certains actes courants (requête judiciaire, acte sous seing privé, contrat de mariage, ...), authentifier des actes juridictionnels (interrogatoire, reconstitution, titre de propriété...) ou encore établir des constats (états des lieux, adultères, dégâts divers...).

Les possibilités d'évolution varient en fonction de l'emploi occupé. Pour le clerc d'huissier, quelques années d'expérience suffisent pour se voir confier des tâches à responsabilités. Pour le clerc de notaire, profession très hiérarchisée, la progression est assez lente. 

Qualités

Le collaborateur juridique est un technicien du droit (civil, commercial, du travail, européen, notarial, fiscal…). Il est rompu à la rédaction d’actes juridiques, ainsi qu’aux procédures judiciaires. La pratique de l’informatique est impérative, celle de l'anglais peut être requise. Si le métier est essentiellement sédentaire, une certaine disponibilité s’impose, certaines activités pouvant entraîner des déplacements ou s'exercer les week-ends, jours fériés, de nuit...

Rigueur et déontologie sont un must : le collaborateur juridique est parfois amené à prêter serment devant les autorités judiciaires, notamment en cas de remplacement d'un titulaire.

Rigoureux et organisé, ce professionnel fait montre d’un bon esprit de synthèse et d'analyse. Il doit aussi savoir manifester initiative et capacité d’adaptation. Travaillant en équipe, il doit avoir un bon sens du relationnel.

Insertion sur le marché de l'emploi

Le métier Collaborateur juridique est classé n°125 parmi les métiers qui recrutent le plus en France.

Niveau de recrutement constaté

69.8%
Bac+2
9.9%
Bac+3
8.7%
Bac+5
5%
Bac+4
2.1%
Bac ou équivalent
1.5%
Bac+6 et supérieur
1.5%
Ecole d'ingénieurs

 

Diplômes nécessaires

Le métier est accessible à partir d'un diplôme de niveau bac (bac général, capacité en droit...) complété par une formation spécifique (Ecole Nationale des Greffes, Ecole Nationale de Procédure, Ecole de Notariat…). Pour devenir clerc d'huissier, si la capacité en droit est appréciée, aucun diplôme n'est exigé, seulement le suivi de cours dispensés en alternance par l'Ecole Nationale de Procédure. Un diplôme de niveau bac+2 (BTS, L2..) à bac+4 (M1) en droit est exigé pour les postes de clercs.

Pour les collaborateurs d'entreprise, l'accès se fait via la promotion interne. Dans le secteur public, la fonction est accessible par concours.

 

Salaire Collaborateur juridique

Un collaborateur juridique débutant gagne entre 2 000 et  2 500 euros bruts par mois.

Questions / Réponses

Tu veux en savoir plus sur le métier de Collaborateur juridique ? Tu es au bon endroit. Grâce à ce questions-réponses, découvre tout ce qu'il faut savoir sur ce métier. Et s'il te reste une question, n'hésite pas à la poser. Les membres de digiSchool orientation se feront un plaisir de t'aider.

Pose ta question


Bonjour ! Je suis actuellement en train de ...

Bonjour !

Je suis actuellement en train de finir ma licence de Droit et Sciences Politiques à Madrid (c'est mon année de mobilité avec Erasmus) et je vous écris car j'ai besoin de conseil pour le choix de mon M1 professionnel.

J'aimerais effectivement me spécialiser dès mon M1 pour avoir plus de chances d'admission dans un M2 pointu dans la matière. Comme je suis consciente que ce choix va être déterminant pour mon projet professionnel futur, j'hésite énormément; et entre des formations qui mènent à des profils professionnels très différents.
Effectivement, j'hésite principalement entre :
- un master à dominante politique (le "Travail Parlementaire" de Paris X en particulier) qui déboucherait soit vers le journalisme d'analyse politique, les métiers de consultation politique ou les métiers de collaborateurs d'élus à l'Assemblée Nationale ou au Sénat.

- un master juridique spécialisation Droits de l'Homme. A ce sujet j'ai un autre problème : je trouve tout un tas de M2 en la matière mais pour l'instant pas de piste pour le M1 : pourriez-vous m'indiquer des universités qui proposent ce types de formation dès la première année? Bon, avec ce type de cursus cela me mènerait majoritairement dans le travail associatif/ONG ou, avec beaucoup de chance, au sein d'une Organisation Internationale/ Tribunal international (ONU, TEDH,...).

- un master juridique spécialisation Droit social, relations professionnelles. Et ce sujet également j'aimerais que vous me proposiez les différentes formations en m'indiquant si possible lesquelles sont les meilleures (les plus "professionnalisées", les plus réputées, etc). Dans cette optique cela serait pour passer le concours d'avocats par la suite.


J'aurais donc besoin de plusieurs autres conseils donc:
* je pense envoyer mon dossier dans un nombre de M1 le plus large possible.. Est-ce une bonne idée ou devrais-je craindre l'incohérence?
** pourriez-vous objectivement me conseiller une filière plus qu'une autre (débouchés plus ou moins larges, sélectivité accrue, charge horaire "intenable".. etc)

Pour le "dans combien de temps" de ma demande, l'idéal serait de recevoir votre réponse dans une/deux semaines; car très vite j'aurai à me décider précisément.

En vous remerciant sincèrement d'avance pour votre aide et en espérant avoir été la plus claire possible,


Charlène.

Acceptez-vous de recevoir des notifications d'orientation ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui