Responsable centre d’appels

Niveau scolaire
Bac + 2
Secteur d'activité
Commerce, vente
Salaire
2310€ - 3300€ nets/mois

Le métier de responsable centre d’appels consiste à encadrer une équipe d'opérateurs dans un centre d'appel qui délivrent des renseignements à une clientèle par téléphone. Le responsable veille au bon fonctionnement de son service et particulièrement à l’optimisation de l’activité « centre d’appels » ou « accueil téléphonique ». 

Fonctions

Le responsable centre d’appels : 
Organisation et planification du travail de l'équipe Formation des encadrants
Suivi et contrôle de la qualité des appels
Traitement des appels conflictuels
Organise l’activité télémarketing
Assurer une veille stratégique et technologique

Qualités

Le responsable centre d’appels doit
Faire preuve de méthode et d'organisationTravailler en équipe
Avoir le goût pour la communication et les relations avec les usagers
Sens de l’autorité et de la diplomatie à la fois

Insertion sur le marché de l'emploi

Le métier Responsable centre d’appels est classé n°77 parmi les métiers qui recrutent le plus en France.

Niveau de recrutement constaté

39.4%
Bac+2
25.1%
Bac ou équivalent
14.9%
CAP ou équivalent
10.1%
Bac+1
2.9%
Bac+5
2.4%
Ecole de commerce
2.4%
Bac+3
1.1%
Bac+4

 

Diplômes nécessaires

Plusieurs possibilités s’offrent au futur responsable de centre d’appel : école de commerce, BTS, DUT, licences pro.

 

Salaire Responsable centre d’appels

Un responsable de centre d’appel peut espérer percevoir entre 36 (début de carrière) et 51K € (fin de carrière) selon la taille de l’entreprise et l’expérience.

Ces métiers peuvent aussi t'intéresser

Questions / Réponses

Tu veux en savoir plus sur le métier de Responsable centre d’appels ? Tu es au bon endroit. Grâce à ce questions-réponses, découvre tout ce qu'il faut savoir sur ce métier. Et s'il te reste une question, n'hésite pas à la poser. Les membres de digiSchool orientation se feront un plaisir de t'aider.

Pose ta question


formation en psychologie

bjr,

Ma difficulté aujourd'hui, c'est de savoir ce qui est le plus adapté pour obtenir un niveau II en psychologie.

Bac d au départ, une année de faculté des sciences interrompue par obligation de gagner ma vie...
Un parcours jalonné de formations professionnelles dont technicien bureautique et informatique de gestion (afpa) cycle supérieur force de vente avec management, négociation, communication, marketing (ccf) homologué bac + 2.

Puis 5 ans dans un grand groupe comme assistante du chef de produit (marketing et lancement d'un automate) et gestion des litiges.

Un bilan de compétence confirme une aptitude pour une évolution vers les ressources humaines. Rapidement, j'obtiens un poste de responsable du recrutement pour un grand groupe de travail temporaire, puis directrice d'une agence à taille plus modeste (gestion, recrutement, formation de l'équipe, reccherche de clients) en totale autonomie sur un an et demi.

Parallèllement, j'ai obtenu un diplome (non reconnu) de psychothérapeute et relaxologue (5 ans et demi de théorie, pratique et analyse personnelle).

Je me lance, un an à mon compte comme psychothérapeute en supervision pour le particulier et coaching et développement personnel en entreprise.
Les "à priori" de l'époque (et un fils contre les psychothérapeutes et un enfant mineur à charge m'ont décidée à reprendre mon ancien métier (directrice d'agence d'intérim) pendant un peu plus de 3 ans.

C'est néanmoins l'accompagnement qui m'intéresse : psychopathologie et insertion.

Nouveau bilan de compétence (un tous les 10 ans !) et je me lance comme formatrice pendant un an (ateliers d'orientation, action expérimentale d'insertion via un chantier dans le bâtiment. C'est très intéressant et néanmoins précaire.

Je tente l'ingénierie de formation et décroche pour un organisme plusieurs appels d'offre (gestion du stress, recrutement). je comprends que former 17 personnes non demandeuses (cadres chefs de rayons...) et qui ne peuvent s'exprimer librement (direction présente...) ne m'intéresse pas... malgré un salaire intéressant.

Je préfère accompagner des personnes en difficultés (jeunes entre 16 et 25 ans) et adultes en réelle demande (toxicomanie, volonté de se sentir mieux...)

Aujourd'hui, suite au dernier bilan, il m'est suggéré de faire une VAE de niveau bac + 4 ou 5 en drh. et à moyen terme de m'installer à mon compte comme psychothérapeute (métier de coeur dans lequel j'ai eu de bons résultats...). J'aime travailler aussi en équipe...

En analysant le marché de l'emploi, je remarque que certains postes qui pourraient m'intéresser (centres spécialisés) requiert la reconnaissance du titre de psychologue du travail ou spécialisé en psychopathologie.
Une amie psychologue me conseille de tenter un master... Ai-je des chances d'être acceptée ?

Est-il préférable de d'abord obtenir une validation comme drh ? et cela favorisera-t-il une entrée pour une formation en psychologie même pour une orientation pathologie ? dans ce cas quelle école serait la plus à même de permettre ce "saut" ?

Ou sur certains conseils, seule une école en Belgique peut me permettre de tenter une formation et pratique en psychologie plus ressemblante à ma formation de psychothérapeute (comportementale, gestallt, pnl, relaxation, dialogue intérieur, psychodrames, dynamique de groupe...) ?

J'ai aussi le goût de l'expérimentation et de la recherche.
Depuis toujours, la psychologie et les sciences humaines m'intéressent.

Le recrutement est présent dans les formations drh et psychologie.

Qu'en pensez-vous ?

Merci beaucoup

Ticamiel

Bonjour à tous, je suis actuellement en Terminale...

Bonjour à tous, je suis actuellement en Terminale L dans un lycée des Yvelines. Mais mon niveau est très faible par un énorme manque de travail et je ne suis pas sûr d'avoir mon bac en juin. Même s'il se peut que je l'aie, je préfère me mettre face à la possibilité de ne pas l'avoir et être ainsi dans les meilleurs conditions pour refaire une année de terminale.

Je suis actuellement dans un lycée privé des Yvelines, qui ne veut pas me reprendre l'année prochaine. Ainsi, normalement, je devrai retourner chez mes parents et aller dans mon lycée de secteur. Mais j'aimerais l'année prochaine ne pas y aller ; voici mes explications :

1- il y a une impossibilité pour moi de vivre avec mes parents, ce ne sont que disputes et mésententes, qui d'ailleurs sont en partie la cause de mon manque de travail. Eux aussi voudraient me voir que le week-end. Ils sont donc d'accord pour que je quitte le domicile une fois mon bac passé, réussi ou non. [NB: si je réussi mon bac, je souhaiterai aller en faculté d'histoire].

2- normalement je devrai aller vivre chez mes grands-parents, qui sont aussi dans les Yvelines. Je serai alors majeur et j'ai vu qu'il suffirait simplement d'une dérogation auprès du rectorat pour faire cela. Pourtant, le lycée le plus proche est assez loin et a une très mauvaise réputation ainsi qu'un très faible niveau.

3- je souhaiterai en vérité aller sur Paris. D'une part l'offre des lycées y est bien plus importante, et loin de mes parents je serai dans une ambiance tranquille pour travailler. D'autre part j'ai toujours rêvé d'habiter Paris ; ce serai donc pour moi autant un plaisir qu'un choix judicieux.

Voilà, je souhaiterai donc aller dans un lycée parisien l'année prochaine. Je précise que mes parents ont de grosses ressources et pourraient me louer un appartement à Paris. Je précise aussi que j'ai déjà vécu dans une sorte d'internat et arrive très bien à gérer de vivre autonome. Ce pour quoi je vous ai contacté :

1- j'aimerai avoir de réels renseignements sur les conditions d'admission dans un lycée.
- Bien que je sois majeur, y'a t-il encore une importance vis à vis du responsable légal ? Puis-je être loin de mes parents ;
- Dois-je avoir un appartement que je loue ? Ou puis-je vivre en collocation ? Ou en aide chez une personne âgée ?
- Comment fonctionne la sectorisation sur Paris ?
- Que dois-je faire comme dossier ?

2- bien que mes parents puissent payer, est-ce qu'un job est compatible avec le lycée, histoire d'être indépendant ? MacDonald, Quick...

3- pourriez vous me conseiller certains quartiers (je ne suis pas Crésus non plus), ou il y a des lycées relativement bons sans être de grands lycée, avoir la L ? j'ai déjà une préference pour le centre de Paris ou des quartiers comme Montmartre ou Saint-Lazare
- j'aimerai aller dans le public, mais quelles sont les règles administratives des lycées privés à Paris ?

J'aimerai donc sincèremment avoir des réponses de spécialistes ou de personnes ayant vécu la même chose. C'est un choix réfléchi donc je sais que si je rate mon bac je voudrai aller sur Paris. J'ai apellé le rectorat mais ils ont été très peu clairs, et même si j'ai prit un rendez-vous dans deux semaines, je préfère être un minimum "callé" sur le sujet. Je vous remercie tous d'avance. A++

Acceptez-vous de recevoir des notifications d'orientation ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui