Critique d'art

Niveau scolaire
Sans diplôme
Secteur d'activité
Techniques de l'image et du son...

Le critique d’art informe et exprime son avis sur l’actualité artistique à travers des revues spécialisés ou généralistes voire les médias audiovisuels. Il peut être spécialisé dans un domaine d’expression artistique ou avoir une approche pluridisciplinaire. Il brille par sa connaissance du ou des sujets mais également par son savoir faire rédactionnel, sa capacité à exprimer son opinion.

Fonctions

Le critique d’art est le relais entre le public, les amateurs d’art et la production artistique et donc des artistes. Il informe, conseille et, comme son nom l’indique, prend position.

En effet le critique d’art donne sa vision personnelle de l’œuvre dont il s’empare. Il est censé éclairer par son jugement. Il se doit d’être au fait de l’actualité qui le concerne, s’informe, suit les artistes dont il est le rapporteur. Il est présent aux vernissages, aux avant-premières. Selon sa notoriété, un critique d’art a une grande responsabilité : il peut avoir une influence positive ou négative sur la carrière des artistes.

Qualités

Le critique d’art possède une excellente culture générale et artistique. Il est doté de qualités rédactionnelles et relationnelles. Passionné, curieux, il doit prétendre à une grande ouverture d’esprit et revendiquer une sincère sensibilité.

Pour exercer son métier, il se doit d’avoir un sens de l’observation couplé d’un sens critique. C’est un homme de réseau, instinctif, qui croit en son flair et en sa capacité à juger.

Insertion sur le marché de l'emploi

Le métier Critique d'art est classé n° parmi les métiers qui recrutent le plus en France.

 

Diplômes nécessaires

Il n’y a pas de formation spécifique au métier de critique d’art. Cependant les diplômes de journalisme ou les masters universitaires spécialisés dans l’information sont les cursus les plus pertinents pour exercer ces fonctions.

 

Salaire Critique d'art

Le critique d’art est rémunéré à la pige. Sa rémunération est donc variable. 

Questions / Réponses

Tu veux en savoir plus sur le métier de Critique d'art ? Tu es au bon endroit. Grâce à ce questions-réponses, découvre tout ce qu'il faut savoir sur ce métier. Et s'il te reste une question, n'hésite pas à la poser. Les membres de digiSchool orientation se feront un plaisir de t'aider.

Pose ta question


Bonjour, Mon problème est le suivant : je suis...

Bonjour,

Mon problème est le suivant : je suis totalement perdue dans mon orientation professionnelle !
Après avoir obtenu mon bac L spécialité anglais, option latin et musique, avec la mention Très Bien, je suis allée faire une année de classe préparatoire en spécialité Lettres Modernes et avec l'option cinéma-audiovisuel. C'était l'occasion pour moi d'acquérir des méthodes de travail tout en restant dans un cursus très général, avec les mêmes matières qu'en Terminale. Bien qu'étant admise en khâgne, j'ai préféré rejoindre une L2 à la fac, car le rythme de travail de la prépa m'avait épuisée et je n'aimais pas vraiment l'ambiance.
Je suis donc entrée en L2 de Lettres Modernes et en L2 d'Arts du Spectacle, spécialité Cinéma. Je suivais les cours d'Arts du Spectacle en présentiel, et les cours de Lettres via une plateforme Internet. La charge de travail était assez importante (moins régulière qu'en prépa) mais je parvenais à m'y retrouver et ça me plaisait assez. C'est en L3 que les choses se sont compliquées.
Nous devions réaliser un court-métrage dans le cadre des études et en équipe (12 élèves par groupes). Mon projet de scénario n'a pas été retenu mais peu importe, il a surtout écopé d'une assez médiocre note, alors que ce projet me tenait vraiment à cœur. Étant au poste de réalisatrice dans mon groupe, j'y ai vu la possibilité d'exprimer ma part créative, tout en m'associant au mieux avec mon collègue réalisateur (il y avait toujours deux personnes à la même fonction). Mais nous ne sommes pas parvenus à un terrain d'entente et mes idées étaient loin de faire l'unanimité au sein du groupe. J'ai donc préféré laisser de coté ce rôle que je ne pouvais pas prendre comme je le voulais, d'autant plus que le stress dont j'étais victime à cause de ça me causait des soucis de santé. Le projet final m'a plutôt déçue et je ne me retrouvais pas du tout dedans. Cette expérience a vraiment remis en question mon amour pour le cinéma et en particulier pour la création cinématographique. J'en ai conclu que la création dans ce domaine n'était pas fait pour moi.
Quant à mes études de Lettres, elles s'avéraient très mal engagées en début d'année, puisque même en fournissant un travail sérieux et régulier, mes devoirs maisons n'atteignaient jamais la moyenne. J'ai donc passé mes partiels de Lettres en janvier dans l'idée que je n'allais pas avoir le premier semestre de ma troisième année de licence en Lettres. Je ne sais par quel miracle, j'ai tout de même eu mon semestre et mon année. J'avais beaucoup de mal avec les matières comme la syntaxe, l'ancien français, l'histoire de la langue... Mais, même dans les matières littéraires qui me plaisaient le plus (littérature, littérature comparée...), je ne me sentais pas emballée. J'avais la sensation, dans mes deux cursus, de "brasser de l'air". Et ça me gênait beaucoup, parce que j'aime l'art, j'aime la culture et je pense que c'est important, mais j'avais le sentiment que, malgré mon niveau d'études, je ne savais rien faire concrètement. J'ai pensé, dans le courant de l'année, faire une année de césure après mes licences, mais je sentais mes parents réticents, et l'année scolaire était quasiment terminée. Le temps allant, j'ai fini par obtenir mes licence (mention AB pour le Cinéma) et j'ai postulé dans plusieurs masters de cinéma et de Lettres.

Néanmoins, je ne me sens pas assurée. J'ai l'impression d'être extérieure à la situation, à la question de mon admission dans un master, et je ne me sens pas emballée du tout. Je n'ai pas d'idée précise sur le métier que je souhaite exercer pus tard. Je sais seulement ce que je ne veux pas faire (c'est déjà pas mal). Je sais aussi que le milieu du cinéma en lui-même ne m'intéresse pas vraiment, hormis le métier de scénariste, qui me plait beaucoup. Le métier de critique, également. Mais on ne vit pas de ces professions, et je sais que je n'ai ni la passion, ni la patience, pour être engagée dans un emploi précaire.
En ce qui concerne les Lettres, on m'a conseillé de devenir enseignante, mais je pense que quand on n'a pas la vocation ou la passion de l'enseignement, et qu'on fait ce métier "par défaut", ce n'est pas une bonne chose. Je m'étais renseignée pour effectuer une année de mise à niveau en arts appliqués, car les métiers de la communication visuelle m'intéressent assez. Mais ça signifiait que je devais reprendre mes études depuis le début, et ça m'a fait peur. Du coup, je ne sais pas quoi faire du tout, mes parents sont inquiets et se demandent pourquoi je me suis engagée dans une voie sans trop savoir pourquoi et moi aussi. En fait, j'ai le sentiment de ne pas me connaître assez et je fais la girouette sans arrêt, parce que je ne parviens pas à faire un choix arrêté et raisonné.

De manière général, j'aime beaucoup regarder des films, des séries, j'aime en étudier les scénarios, les histoires, les personnages et les différents modes de narration. J'aime analyser, faire des liens avec la société. Je ne suis pas pour un cinéma élitiste, d'où ma non adéquation avec les idées dominantes en université. Pour les Lettres, c'est la même chose : j'aime les histoires, quand elles sont bien racontées, j'aime analyser un texte, en tirer du sens... E dehors des études, j'aime aussi beaucoup la musique, que je pratique (chant) sans forcément en connaître les règles (solfège). J'écris souvent de petits articles critiques sur le cinéma, plus rarement des articles sur l'actualité. J'ai écrit plusieurs petites histoires pour la plupart restées inachevées, et je suis très irrégulière dans le temps que j'y consacre. J'aime aussi beaucoup les langues (l'anglais en particulier) et m'ouvrir à d'autres cultures, d'autres façons de vivre et de voir les choses. Cependant, je sens quand même le besoin de savoir où je mets les pieds, vivre dans l'incertitude m'angoisse...

J'ai fait de nombreux tests d'orientation. Les profils qui ressortent le plus sont : 1) créatif 2) investigatrice 3) communication ... Malgré tous ces tests, je ne parviens pas à faire le tri entre toutes les données...

J'ai été un peu longue et sûrement peu claire, mais merci d'avoir lu ce message à son terme.

Cordialement,

A.L

Réorientation dans le domaine du journalisme

Bonsoir,

Tout d'abord merci à vous pour prendre le temps de me lire et qui sait de me répondre.

Je viens tout juste de rentrer à l'université en LEA. Si je me suis inscrite si tard c'est parce que, au premier semestre, j'étais aux Etats-Unis (dans une high school avec une association et non par erasmus ou autre). Ma rentrée était la semaine dernière et j'ai donc eu le temps de découvrir mes matières. Pour ne rien vous cacher, je suis très déçue : le niveau est loin d'être bon (étant désormais bilingue et m'attendant à ce que la majorité de ma classe le soit, je suis carrément choquée de découvrir que certains accordent les adjectifs en anglais et cumulent les fautes de ce genre... ) et les cours ne m'intéressent pas tellement.

Il faut dire que depuis quelques temps j'ai de moins en moins en tête les langues (je me destinais aux métiers de la traduction, du doublage et sous-titrage de films). Par contre, je pense à me réorienter en journalisme, et plus particulièrement dans le journalisme en ligne (j'ai de l'expérience dans la création de sites internet, webdesign, et j'écris également des articles / critiques / dossiers - sur le ciné - pour un webzine et divers sites dédiés au 7e art bien entendu). Autant dire que je suis très intéressée par l'écriture (bac L l'année dernière avec mention Bien), internet et le cinéma. Si seulement je pouvais combiner les trois, du style bosser dans une rédaction web pour un magazine ciné mensuel. Vous voyez le genre de rêve quoi.

Je me pose de plus en plus de question sur ma formation future parce que je suis totalement perdue, et ça me trouble pas mal. Ce soir je me suis beaucoup documentée sur le BTS communication des entreprises et j'aimerais savoir si une licence pro journalisme (comme celle de Tours) / licence pro activités et techniques de com (pour bosser exclusivement sur internet, peu importe l'option) / l'entrée dans une école de journalisme étaient des formations possibles après ce bts.

Alors vous allez me dire : pourquoi ne pas faire un dut info communication option journalisme. C'est vrai, j'y pense. Je pourrais postuler pour l'année prochaine. Mais je suis prévoyante et lucide : il y a très peu de places pour énormément de candidatures. J'aimerais donc avoir une roue de secours si jamais je ne suis pas prise. Le BTS CE m'a l'air très intéressant d'après les témoignages que j'ai pu lire, surtout si on est curieux et qu'on a le gout des médias, de la pub... (J'envisageais d'ailleurs de travailler dans ce milieu à mon entrée au lycée mais les rencontres que j'ai faites m'ont légèrement dégoutée).

J'aurais aussi aimé avoir des infos sur le travail à fournir en BTS et aussi DUT info com donc. Je ne suis pas quelqu'un de fainéant quand le boulot m'intéresse mais je ne suis pas sûre d'être prête à m'investir corps et âme dans le travail (c'est pour ça que j'ai notamment éliminé la prépa littéraire pour ensuite faire une école de journalisme). Ce que j'aimerais c'est surtout me lever le matin en pensant autre chose que "hé merde, faut encore aller en cours..."

Autrement, si vous avez d'autres idées de formation pour moi, n'hésitez pas. Je ne pourrai pas être plus dans le brouillard qu'actuellement !

Encore une fois merci et bon week end !

Acceptez-vous de recevoir des notifications d'orientation ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui