École qui te forme au DMA Arts graphiques option illustration

Quels diplômes sont nécessaires ?


 

Débouchés

Les études conduisant à ce diplôme forment des techniciens supérieurs capables d'assister le concepteur créateur d'un projet graphique ou le directeur artistique. Ces professionnels mettent en oeuvre des projets de communication graphique relevant des arts de la gravure, de l'illustration, de la reliure ou de la typographie.
Les élèves reçoivent une formation approfondie dans l'option choisie tout en bénéficiant d'un enseignement dans les autres spécialités.
L'option illustration forme des illustrateurs de presse, édition, publicité, communication et, éventuellement, production audiovisuelle.
L'enseignement porte sur les techniques traditionnelles (dessin, couleur, volume) et plus récentes (infographie). Une large place est accordée à la création-conception, à l'histoire et aux techniques de l'illustration.
Les illustrateurs travaillent souvent en free-lance, plus rarement en tant que salariés d'une entreprise.

Métiers accessibles


 

Quelle formation après ?


Poursuite d'études

 

École qui te forme au DMA Arts graphiques option illustration

2 écoles qui forment au DMA Arts graphiques option illustration

Département
Nom de l'établissementDépartementCode postal
Ecole Estienne0 Paris 75013
Lycée technologique d'Arts appliqués Auguste Renoir0 Paris 75018

Les villes où tu peux être diplômé du DMA Arts graphiques option illustration

Questions / Réponses

Tu veux en savoir plus sur le diplôme DMA Arts graphiques option illustration ? Tu es au bon endroit. Grâce à ce questions-réponses, découvre tout ce qu'il faut savoir sur ce diplôme. Et s'il te reste une question, n'hésite pas à la poser. Les membres de digiSchool orientation se feront un plaisir de t'aider.

Pose ta question


réorientation vers les arts graphiques

Bonjours,

Je suis actuellement étudiant en deuxième année de médecine, j'ai donc réussi le fameux concours (stupide) de PCEM1 ... mais je pense m'être trompé de voie ! La médecine, la vraie, celle qui commence en PCEM2 (et pas en PCEM1 !) est décicément pas plus intéressante que l'année de PCEM1. Tout y est que mémorisation "gogole" de choses qui ne servent absolument à rien ! Les stages en hopital : idem, et d'un ennui sans borne. Rien ne parvient à me motiver à travailler et à m'intéresser; et je n'envisage pas un avenir positif dans cette branche : un boulot faramineux pour quoi au final ? Gagner sa vie. Je pense que je préfère la gagner de manière moins difficile. Difficile dans le sens ou je ne suis pas intéressé, que j'ai une très mauvaise mémoire et que je suis pas très intelligent. Donc il faudrait que je travaille 40 000 fois plus que les autres pour arriver à un résultat juste correct.

Je sais qu'il est déjà excessivement tard pour une réorientation !!!! Pour plusieurs raisons : 1) j'ai fait 2 années de PCEM1 et une année de P2 (3 ans de perdus) et 2) fin avril, pour les inscriptions à autres choses ... c'est vraiment pas gagné, voire perdu d'avance ! J'essaye, depuis le début de la P2, de me persuader que la médecine m'intéresse, mais si je continue, je crois que je vais me persuader toute ma vie !!!

Etant donné mon très très très bas niveau de sociabilité, le travail a toujours été pour moi la possibilité de maintenir un certain équilibre. Précaire en fait, puisque, quand ça va mal au boulot, ça va mal tout court !

J'ai fait bcp d'effort pour réussir ce concours et j'avoue avoir bcp de mal à réaliser que ça ne me plait pas du tout : j'ai toujours voulu faire médecine et j'ai jamais (ou très furtivement) pensé faire autre chose.

En fait, je me suis enfermé dans mon travail depuis le collège, sans m'en rendre complètement compte. Et le fait d'avoir toujours été dans les meilleures classes de mes collège et lycée n'a rien arrangé. J'ai choisi la filière scientifique parce que c'était l'excellence, j'ai fait du Latin et du Grec pour la même raison, mais j'ai bcp galéré pour y arriver (par rapport aux autres élèves). J'ai eu mon bac S avec seulement une mention AB (bien qu'en cumulant le max d'options facultatives).

Aujourd'hui, en P2, c'est la première fois que je me remets réellement en questions. Le métier que j'ai choisi pourtant avec convictions (mais sans savoir pourquoi) semble ne pas être une manière de m'épanouir mais bien au contraire de m'enliser ! Le seul avantage que je vois encore à continuer, c'est l'assurance d'un emploi !!! L'assurance de voir tous les jours des papis et des mamies dont la machine est déréglée et qu'on s'efforce de vouloir à tout prix réparer. L'assurance de voir des patients vous gueuler dessus pour x raisons. L'assurance d'un stress maximum tous les jours. L'assurance d'étouffer dans l'usine que représente l'hopital. L'assurance aussi de se retrouver dans une spécialité délaissée de tous, par manque de confiance en moi et parce que ce n'est absolument dans mon caractère de faire des courbettes et de jouer du piston !

C'est sans doute culotté de ma part de venir me plaindre à vous : j'ai réussi un coucours stupide mais difficile alors que pleins d'étudiants ont échoué et auraient bien voulu avoir ma place ... et je trouve le moyens de vouloir changer de voie ! C'est délicat pour moi aussi : si je change et que je me trompe encore ? Est-ce que je regretterai pas d'avoir arrêté médecine ?
Comme j'ai toujours vécus dans mes bouquins, je ne suis pas très "démmerdar" et je dois avoir quelque chose comme 16 ans d'âge mental. C'est sans doute aussi pour ça que je sollicite si tardivement vos conseils !

Venons-en à ce vers quoi je PENSE vouloir tendre. Je reste très prudent car je n'ai pas envie de me tromper 2 fois ! J'ai fait quelques investigations sur moi et mon histoire et j'ai constaté que ce qui m'a permis de travailler autant de temps durant toutes ces années, ce n'est pas l'intérêt pour ce que j'ai apris mais plutôt l'intérêt dans la manière d'apprendre. En gros : dans la forme. J'adore faire des schémas, bien présenter mes cours, faire des dossiers à l'ordinateurs (toujours remarqués par mes profs pour leur mise en page). La matière que j'apprend : peu à importe à la limite ! Même en P1, j'ai continué à perdre du temps à faire des schémas et des résumés (c'est peut-être pour ça aussi que j'ai pas réussi du premier coup...) ! Je dirais que c'est quelque chose que je fais ... c'est plus fort que moi !

J'ai fais des petites recherches sur internet et j'ai trouvé quelque chose qui m'attire particulièrement : le DMA Arts graphiques option typographie, puis le DSAA Art et technique de la communication option création typographique à l'école ESTIENNE (le DSAA Illustration médicale et scientifique m'intéresse un peu, surtout parce que ça fait le lien avec mes études de médecine, mais ça risque de me faire regretter ...). Le problème, c'est que j'ai jamais fait de dessin, ni d'option arts plastiques au Lycée : je dois donc, pour accéder au DMA, faire 1 an de mise à niveau des arts appliqués (MANAA). Pour rentrer au MANAA, il faut passer un concours ... Je suis pas certain d'avoir les qualités requises. Je suis assez doué de mes mains, j'aime bien créer, imaginer. Je fais de la flute traversière depuis 10 ans. Je vais au théâtre, je fais des expos avec mes parents, etc.

Et puis les débouchés dans ce métier, je ne les connais pas mais j'imagine qu'ils doivent pas être nombreux. J'avais déjà pensé à faire un métier dans ce secteur quand j'étais au lycée mais j'ai vite effacé l'idée de mon cerveau parce que c'était sans doute précaire et pas assez "élitiste"...

Je sais pas si je peux tenter quelque chose dans ce secteur... j'ai pas vraiment le profil, ça c'est sur ! Et vu mon degré de débrouillardise, j'ose pas trop bouger ... tout en étant quasi certain de signer mon arrêt de mort en restant en médecine. J'aurais bien voulu avoir accès au site internet de l'école ESTIENNE mais il est, manque de bol, en construction ! J'en arrive à me demander si le destin ne s'acharne pas sur moi... Je pourrais appeler, mais je suis tellement persuadé que c'est même pas la peine d'essayer. Sans doute me direz-vous la même chose ...

Je vous remercie d'avoir survécu à ce très long mail (assez rébarbatif qui plus est !). Si vous pouviez me donner des pistes pour que j'avance un peu, je vous serez très reconnaissant.

Rq importante : je suis en pleine remise en question TOTALE depuis le début de l'année universitaire, après dix ans passés à me replier sur moi comme une huitre, plutôt pas mal déprimé. Ca doit jouer sur mes idées quelques peu négatives sur les études de médecine, mais à quel degré...



Acceptez-vous de recevoir des notifications d'orientation ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui