Assistant chef de rayon

Niveau scolaire
Bac + 2
Secteur d'activité
Commerce, vente
Salaire
1300€ - 1900€ nets/mois

Au sein d'une entreprise de grande distribution, l'assistant chef de rayon gère un ou plusieurs rayons. Il est responsable du suivi et du réapprovisionnement des stocks. Très polyvalent, c'est une aide indispensable au chef de rayon.

Fonctions

En lien direct et constant avec le chef de rayon, l'assistant chef de rayon cumule de nombreuses fonctions.


Il établit et gère les commandes, met en rayon et effectue les opérations d'encaissement.


Il tient et fait les mises à jour pour la gestion des stocks et s'assure de la disponibilité permanente des produits. Il se charge aussi des inventaires.


L'assistant est responsable de la qualité de service aux clients : il les aide et les conseille. L'une de ses activités consiste à rendre les produits plus attractifs.


Il est le bras droit du chef de rayon et communique avec les fournisseurs, avec lesquels il négocie les prix et les quantités.


Il établit les plannings de travail pour les équipes et répartit les tâches.


Il doit veiller à la croissance du chiffre d'affaires, à l'atteinte des objectifs fixés par la direction et coordonne, au besoin, les opérations commerciales, ainsi que les animations.


La tenue des rayons est très importante ; c'est pourquoi, il vérifie l'éclairage, l'étiquetage et réorganise les rayonnages si nécessaire.

Qualités

L'assistant chef de rayon aime les responsabilités. Il a un goût prononcé pour les défis et la négociation.


Autonome, bien organisé et très investi dans sa fonction, il fait preuve d'une grande sociabilité et surtout, il est très disponible.


Il a l'esprit d'équipe, aime les chiffres et l'informatique. Il maîtrise les outils bureautiques et les logiciels de gestion de stocks.


Très réactif, il sait garder son sang-froid face aux difficultés. Il peut séduire une clientèle même difficile.

 

Diplômes nécessaires

Pour exercer ce métier, il faut être titulaire d'un Bac + 2, type BTS (Brevet de technicien supérieur) MUC (Management des unités commerciales), BTS NRC (Négociation relation client), DUT (Diplôme universitaire de technologie) Techniques de commercialisation. Les cursus supérieurs doivent être orientés vente et/ou commerce. 

Trouver du travail pour l'assistant chef de rayon n'est pas un problème, car ce métier a un fort potentiel de recrutement, que ce soit dans les enseignes spécialisées ou des grandes surfaces. Les possibilités d'évolution sont également très intéressantes : chef de rayon, chef de département et même chef de secteur.

 

Salaire Assistant chef de rayon

Le salaire de l'assistant chef de rayon se situe entre 20 K€ et 30 K€ bruts annuels.

Ces métiers peuvent aussi t'intéresser

Questions / Réponses

Tu veux en savoir plus sur le métier de Assistant chef de rayon ? Tu es au bon endroit. Grâce à ce questions-réponses, découvre tout ce qu'il faut savoir sur ce métier. Et s'il te reste une question, n'hésite pas à la poser. Les membres de digiSchool orientation se feront un plaisir de t'aider.

Pose ta question


formation en psychologie

bjr,

Ma difficulté aujourd'hui, c'est de savoir ce qui est le plus adapté pour obtenir un niveau II en psychologie.

Bac d au départ, une année de faculté des sciences interrompue par obligation de gagner ma vie...
Un parcours jalonné de formations professionnelles dont technicien bureautique et informatique de gestion (afpa) cycle supérieur force de vente avec management, négociation, communication, marketing (ccf) homologué bac + 2.

Puis 5 ans dans un grand groupe comme assistante du chef de produit (marketing et lancement d'un automate) et gestion des litiges.

Un bilan de compétence confirme une aptitude pour une évolution vers les ressources humaines. Rapidement, j'obtiens un poste de responsable du recrutement pour un grand groupe de travail temporaire, puis directrice d'une agence à taille plus modeste (gestion, recrutement, formation de l'équipe, reccherche de clients) en totale autonomie sur un an et demi.

Parallèllement, j'ai obtenu un diplome (non reconnu) de psychothérapeute et relaxologue (5 ans et demi de théorie, pratique et analyse personnelle).

Je me lance, un an à mon compte comme psychothérapeute en supervision pour le particulier et coaching et développement personnel en entreprise.
Les "à priori" de l'époque (et un fils contre les psychothérapeutes et un enfant mineur à charge m'ont décidée à reprendre mon ancien métier (directrice d'agence d'intérim) pendant un peu plus de 3 ans.

C'est néanmoins l'accompagnement qui m'intéresse : psychopathologie et insertion.

Nouveau bilan de compétence (un tous les 10 ans !) et je me lance comme formatrice pendant un an (ateliers d'orientation, action expérimentale d'insertion via un chantier dans le bâtiment. C'est très intéressant et néanmoins précaire.

Je tente l'ingénierie de formation et décroche pour un organisme plusieurs appels d'offre (gestion du stress, recrutement). je comprends que former 17 personnes non demandeuses (cadres chefs de rayons...) et qui ne peuvent s'exprimer librement (direction présente...) ne m'intéresse pas... malgré un salaire intéressant.

Je préfère accompagner des personnes en difficultés (jeunes entre 16 et 25 ans) et adultes en réelle demande (toxicomanie, volonté de se sentir mieux...)

Aujourd'hui, suite au dernier bilan, il m'est suggéré de faire une VAE de niveau bac + 4 ou 5 en drh. et à moyen terme de m'installer à mon compte comme psychothérapeute (métier de coeur dans lequel j'ai eu de bons résultats...). J'aime travailler aussi en équipe...

En analysant le marché de l'emploi, je remarque que certains postes qui pourraient m'intéresser (centres spécialisés) requiert la reconnaissance du titre de psychologue du travail ou spécialisé en psychopathologie.
Une amie psychologue me conseille de tenter un master... Ai-je des chances d'être acceptée ?

Est-il préférable de d'abord obtenir une validation comme drh ? et cela favorisera-t-il une entrée pour une formation en psychologie même pour une orientation pathologie ? dans ce cas quelle école serait la plus à même de permettre ce "saut" ?

Ou sur certains conseils, seule une école en Belgique peut me permettre de tenter une formation et pratique en psychologie plus ressemblante à ma formation de psychothérapeute (comportementale, gestallt, pnl, relaxation, dialogue intérieur, psychodrames, dynamique de groupe...) ?

J'ai aussi le goût de l'expérimentation et de la recherche.
Depuis toujours, la psychologie et les sciences humaines m'intéressent.

Le recrutement est présent dans les formations drh et psychologie.

Qu'en pensez-vous ?

Merci beaucoup

Ticamiel

Acceptez-vous de recevoir des notifications d'orientation ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui