Logo

Technicien aéronautique - Cellule, moteurs

NIVEAU SCOLAIRE

Bac ou équivalent

SECTEUR D'ACTIVITÉ

Marine nationale , Défense

SALAIRE

0 € / mois à 0 € / mois

Qu'est ce que le métier Technicien aéronautique - Cellule, moteurs ?

Le technicien aéronautique Cellule, moteurs est également appelé technicien « porteur ». Ce militaire, qui a un grade de sous-officier, assure l’entretien et la maintenance des moteurs d’un aéronef (avion comme hélicoptère) et de sa cellule. Il a donc des compétences dans les domaines de la mécanique, de l’hydraulique et de l’électricité.

La marine propose, pour ce poste, un engagement de dix ans. Avec possibilité de renouvèlement.

Le saviez-vous ? L’école de Maistrance forme les officiers-mariniers c’est-à-dire les sous-officiers de la Marine Nationale. Quatre sessions de recrutement sont proposées annuellement en janvier, mars, septembre et octobre.

Que fait un Technicien aéronautique - Cellule, moteurs ?

Le technicien aéronautique Cellule, moteurs est spécialisé dans le dépannage touchant aux moteurs et aux cellules des aéronefs. Une cellule, pour un avion, comprend les structures de l’aile, l’empennage (ensemble de plans fixes et mobiles qui permet la stabilité et la gouverne d'un avion) et le fuselage.  Pour un hélicoptère, la cellule est l’ensemble du fuselage et du train d’atterrissage.  Ce métier ne doit pas être confondu avec celui de technicien aéronautique qui est, lui, spécialisé dans l’entretien et la maintenance des systèmes électroniques et électrotechniques des aéronefs.

Mais ce n’est pas tout. Le technicien « porteur » intervient également sur les circuits hydrauliques comme électriques et les composants de nature mécanique. 

Ainsi, il est sollicité pour entretenir régulièrement les aéronefs mais également lorsque ces derniers connaissent une panne ou un dysfonctionnement. Après avoir déterminé la cause du problème, il se charge d’assurer les réparations en respectant une méthodologie bien précise.

Ce technicien peut être affecté à terre, dans une base aéronautique navale, au sein un atelier « porteur » ou être embarqué sur un porte-avions (la France possède un seul Porte-avions, le Charles de Gaulle) ou un bâtiment porteur d'hélicoptères. Il peut également être déployé sur le théâtre d’une opération pour apporter ses compétences.

Qualités pour être Technicien aéronautique - Cellule, moteurs

Ce technicien travaille avec rigueur et manifeste un sens pratique évident. Ses connaissances approfondies dans les domaines de la mécanique, de l’hydraulique et de l’électricité lui permettent de déceler rapidement les pièces ou les composants défectueux et de les réparer.

Il sait travailler dans l’urgence et dans des conditions difficiles. Surtout s’il est sollicité sur le terrain ! Il parvient donc à gérer ses émotions et à rester concentré en toute circonstance. Il a également une excellente condition physique.

En qualité de militaire, il aime la discipline, la solidarité, les valeurs collectives prônées par l’armée. Ce professionnel est sous-officier, ce qui lui demande un savoir-faire dans la conduite d’équipe. Il sait être autoritaire et organisé.

Etant susceptible d’embarquer et partir en mission plusieurs mois, il ne craint pas de s’éloigner de ses proches et de vivre 24h/24 en collectivité.

Comment devenir Technicien aéronautique - Cellule, moteurs ?

Données statistiques sur le poste Technicien aéronautique - Cellule, moteurs

Derniers diplômes obtenus par les membres de notre panel avant d'accéder au poste de Technicien aéronautique - Cellule, moteurs

Combien gagne un Technicien aéronautique - Cellule, moteurs ?

En qualité de sous-officier avec un grade de second maître, la solde en début de carrière est 1 555,76 euros.
 
Sur cette base, il faut ajouter diverses primes dont le montant varie selon le profil du militaire.

Vitalité du métier

Évolution de l'effectif au cours des dernières années.

Ces métiers peuvent aussi t'intéresser