Brexit : le Royaume-Uni quitte Erasmus+, qu’est-ce qui change pour les étudiants ?

  • Publié le 05 janvier 2021
  • Mis à jour le 18 février 2021
  • Adeline Arénas
Le 24 décembre 2020, alors que la période de transition du Brexit touchait à sa fin, l’Union Européenne et le Royaume-Uni ont enfin conclu un accord de commerce et de partenariat. Celui-ci détermine les règles applicables aux relations entre l’UE et le Royaume-Uni dans plusieurs domaines. Cet accord entraîne des changements importants, notamment le départ du Royaume-Uni du programme de mobilité Erasmus+. Quelles sont les conséquences directes d’une telle décision ? Quand prend-elle effet ? On t’explique tout dans cet article.
Avec le Brexit, le Royaume-Uni quitte Erasmus+
Brexit : le Royaume-Uni quitte Erasmus+

Conséquence directe du Brexit, le Royaume-Uni est officiellement sorti du programme Erasmus+ depuis le 1er janvier 2021. Si le Royaume-Uni faisait partie des pays fondateurs de ce programme européen de mobilité, il ne sera dorénavant qu’un « pays tiers », c’est-à-dire une destination possible dans le cadre de la dimension internationale du programme seulement. Les changements sur Erasmus concernent les :

  • étudiants français suivant leurs cours dans une université britannique
  • participants du programme Erasmus+
  • étudiants en France qui souhaitent faire une alternance dans une entreprise britannique, ou un stage au Royaume-Uni

Que va-t-il se passer pour les étudiants français déjà présents en Erasmus+ ?

Le Brexit n’aura pas d’effet sur les étudiants français qui suivent une année universitaire au Royaume-Uni pendant l’année scolaire 2019-2020. En effet, le pays reste un des participants au programme Erasmus+ pour l’ensemble des projets inscrits pour la période 2014-2020.

Si tu es actuellement en train d’étudier au Royaume-Uni, cela signifie que ton année universitaire pourra donc se terminer normalement. Et il en va de même si tu es en stage Erasmus+, ou en volontariat et projet dans le cadre du projet de Corps européen de solidarité.

Selon le site brexit.gouv, «  le Parlement européen a adopté le 22 octobre 2019 un règlement qui prolonge le maintien des activités Erasmus+ au Royaume-Uni pour l’année 2020 ».

Voir aussi : Erasmus+ : des mobilités hybrides proposées dès 2020

Que se passe-t-il à partir de la rentrée 2021 ?

Jusqu’à présent, les frais d’inscription dans une université britannique étaient ceux de l’université française dans laquelle s’inscrivait ton programme Erasmus+. Ce ne sera plus possible à partir de l’année universitaire 2021-2022. Le Royaume-Uni ayant désormais quitté le programme, les frais d’inscription que tu devras verser seront ceux que l’université anglaise applique aux étudiants internationaux. Tu devras donc te renseigner auprès de l’université anglaise dans laquelle tu souhaites t’inscrire. Il sera également important de te renseigner sur la prise en charge de tes frais médicaux. Pour cela, renseigne-toi sur l’assurance études à l’étranger.

En revanche, les cours obtenus après la sortie du Royaume-Uni de l’UE seront toujours reconnus en crédits ECTS. En effet, le pays reste dans l’Espace Européen de l’Enseignement supérieur, qui est à l’origine du principe de généralisation des crédits ECTS.

Voir aussi : Qu’est ce que les crédits ECTS ? À quoi servent-ils ?

Un visa sera-t-il obligatoire en 2021 ?

Les étudiants qui souhaitent faire des séjours de longue durée devront en effet demander un visa. Dès le 1er janvier, deux cas de figure pourront se présenter, toujours d’après brexit.gouv : 

• Tu fais partie des étudiants français inscrits dans un établissement britannique pour l’année universitaire 2020-2021, et tu souhaites poursuivre tes études après le 31 décembre 2020 ? Tu devras t’inscrire pour le statut « pre-settled » du « Settlement Scheme for EU citizens ». Celui-ci a été mis en place par les autorités britanniques afin d’éviter des démarches administratives de visa et les coûts qui y sont liés.

• Tu veux partir étudier au Royaume-Uni à partir du 1er janvier 2021 ? Tu pourras demander un visa sous plusieurs conditions. Tu devras notamment être accepté dans un établissement d’enseignement supérieur britannique ; parler, lire, écrire et comprendre l’anglais ; et être capable de financer ton séjour d’études au Royaume-Uni.

Enfin, les « short-term students » ne sont pas obligés de posséder un visa, même si leur statut n’a pas été précisé pour l’instant.

Étudier à l’étranger :Quelle formule de voyage est faite pour toi ?
Sur le même sujet
Assurance santé à l'étranger 28/01/2021 à 11:12

Prépare ton séjour à l’étranger : pense à ton assurance santé internationale !

La clé pour que votre séjour à l’étranger se déroule sous les meilleurs auspices ? L’anticipation. Parmi les nombreuses formalités auxquelles vous devez songer avant de partir, l’assurance santé est primordiale. En effet, en cas de maladie ou d’accident, vous devez être couvert ! On vous donne quelques conseils pour que vous partiez étudier à l’étranger sereinement… et bien assuré.

Montants bourses Erasmus+ 05/10/2020 à 18:15

Bourse Erasmus + : montant et critères pour l’obtenir

Etudiant ou apprenti, tu t'es décidé à partir tenter l'aventure de la mobilité internationale ? Sache que selon ta destination, que tu partes pour un stage ou des études, tu peux bénéficier d'une bourse Erasmus+. Zoom dans cet article sur le montant de la bourse Erasmus+ et les critères d'attribution.

test toeic concours 25/01/2021 à 11:09

Certification d’anglais : le test TOEIC pour booster ton dossier de candidature

En école de commerce, en école d'ingénieurs, en BTS ou encore en IAE, l'anglais est une discipline incontournable ; et pour être admis un certain niveau est requis. Mais entre le remplacement de certaines épreuves de concours par une étude de dossier et la réforme du lycée qui fait disparaitre l’épreuve finale d’anglais au bac, présenter un niveau d'anglais certifié avec un test TOEIC® lors de tes candidatures est un vrai plus. C'est même obligatoire dans certains cas ! On fait le point dans cet article.

Commentaires (0)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.