Amélie - Psychologue

Psychologue en maison d’accueil spécialisée


 

Amélie est psychologue
en maison d’accueil spécialisée. Elle accompagne les personnes en situation
d’autisme.

Découvrez le métier de psychologue

Qu’est-ce qui vous a orientée vers la psychologie ?


Je voulais d’abord devenir éducatrice spécialisée, j’ai passé le concours en terminale mais je ne l’ai pas eu, alors, après le bac, je me suis orientée vers la psychologie, me disant que ce cursus m’aiderait à préparer le concours l’année suivante. Finalement, cela m’a plu et j’ai décidé de continuer.


Quelle formation avez-vous suivie ?


J’ai effectué mes études en psychologie à l’université de Lille 3 jusqu’au Master 2. Le cursus est général les trois premières années. Ensuite, j’ai choisi comme options la psychologie de l’éducation et la psychologie sociale.


Parlez-nous de votre parcours professionnel ?


Durant mon cursus, j’ai fait des stages dans divers domaines mais j’ai toujours été sensible à l’accompagnement de personnes en situation de handicap et des enfants. J’ai d’abord travaillé pour l’association Léa pour Samy qui se consacre à la lutte contre l’autisme. Avec une autre psychologue, je suivais les enfants, parents et intervenants. Puis j’ai intégré l’association Agir et Vivre l’autisme en tant qu’éducatrice technique puis comme psychologue. J’y suis restée jusqu’en 2014. Là, j’ai rejoint une maison d’accueil spécialisée (AIPEI) pour autistes adultes.


En quoi consiste votre activité en maison d’accueil spécialisée ?


Mes missions peuvent être très différentes en fonction du profil des personnes accueillies. L’accompagnement n’est pas le même selon qu’il s’agit de personnes présentant un handicap moteur lourd et de personnes autistes, par exemple. Le psychologue doit s’adapter à chaque fois et faire le lien entre la théorie et la réalité du quotidien.
A l’AIPEI, j’interviens dans un premier temps pour évaluer les compétences des adultes accueillis, je participe avec les équipes éducatives sur le projet d’accompagnement individualisé de chaque résident. Je rencontre les familles lors du processus d’admission et à la présentation du projet, Je les revois ensuite au moins une fois par an ou plus. Je participe aussi aux réunions de direction et avec les éducateurs spécialisés. Enfin, (et c’est pour moi la partie la plus intéressante de mon travail) je vais sur les lieux de vie, à la rencontre des résidents et des accompagnants. J’évalue les difficultés rencontrées dans la vie quotidienne et épaule les équipes pour trouver des solutions d’accompagnement satisfaisantes. Le psychologue en MAS a un rôle coordinateur.

 

Que pensez-vous de votre profession aujourd’hui ?


Le secteur de la psychologie dans l’éducation spécialisée se développe. L’Etat prend conscience progressivement de notre importance dans les établissements d’accueil spécialisés, mais les moyens alloués restent encore très en deçà des besoins. Par exemple, je travaille dans une MAS à mi-temps alors que les besoins des résidents nécessitent un poste à temps plein.
Néanmoins, dans le cas de l’autisme, le dernier plan prévoit la création aussi bien de structures pour favoriser le diagnostic et la prise en charge précoces, que d’établissements pour adultes.


Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui veut se lancer dans le métier ?


Il faut avoir à l’esprit que pour un poste en institution, il y peut y avoir 200 à 300 postulants. Mais on peut aussi travailler en cabinet libéral ou à domicile. Dans l’autisme, les psychologues intervenant à domicile sont nombreux.
Par ailleurs la palette du psychologue est très large. Je conseille de faire un maximum de stages dans des établissements divers et avec des approches différentes (psychanalyse, approche systémique, thérapies comportementale et cognitive…). Il faut profiter des deux premières années, où le nombre d’heures de cours par semaine est peu élevé, pour s’investir dans des stages ou du bénévolat. C’est un atout indéniable dans le CV !

Acceptez-vous de recevoir des notifications d'orientation ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui