Sandra - conseillère en économie sociale et familiale

Conseillère en économie sociale et familiale chez Sociobel


 

A 28 ans, Sandra exerce le métier de conseillère en économie sociale et familiale, une profession de l’action sociale visant à accompagner les personnes en situation de précarité dans leur vie quotidienne (logement, nutrition, droits...). Elle nous raconte son parcours scolaire et professionnel avant de signer son CDI.

Découvrez le métier de conseillère en économie sociale et familiale

Le parcours scolaire, professionnel et associatif de Sandra avant de devenir conseillère en économie sociale et familiale (CESF).

- Bac ES au lycée Blanche de Castille (Villemomble, Seine-Saint-Denis) en 2005.


- Licence de psychologie à l’université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis (2005 à 2006)
En parallèle à mes études, j’étais manutentionnaire à mi-temps dans l’entreprise de mes parents, une PME de fabrication d’outils coupants. Tous les vendredis après-midis, j’étais aussi bénévole en soins palliatifs chez les Petits Frères des Pauvres (écoute auprès des personnes âgées). J’ai abandonné la psycho au bout d’un an : pas assez pratique pour moi.


- BTS CESF à l’institut privé La Plaine Monceau, Paris (2007-2009).
Ce BTS, aujourd’hui remanié, proposait à l’époque cours de cuisine et de couture, biologie, physique, politiques sociales, droit, alimentation, nutrition… Pour mon mémoire, j’ai choisi d’étudier la problématique spécifique des immigrés rencontrés lors d’un stage en centre communal d’action sociale : la survenue de troubles alimentaires et de problèmes de surpoids, du fait du cumul de leur alimentation d’origine et la cuisine française. Autre stage effectué dans le cadre de ce BTS : la réfection de tous les supports d’information et de communication d’une ferme pédagogique des Yvelines, la Bergerie, qui dispense des cours sur l’alimentation aux enfants.


- 3ème année de CESF à l’Institut du travail social de Montrouge (Val-de-Marne) : 2009-2010.
Une dernière année de formation sur un mode résolument pratique. Au programme, les techniques d’interaction de groupe, comment être empathique dans un entretien, comment mettre en place les aides en lien avec la personne, etc. Pour mon mémoire de diplôme d’Etat, j’ai choisi l’accompagnement social en soins palliatifs, contre l’avis de mes professeurs. Et j’ai eu raison, car j’ai décroché un 18/20 ! Côté stage, j’ai passé 4 mois à l’Association pour le logement des familles et des isolés, organisation francilienne qui propose des résidences sociales à des 16-35 ans en situation de précarité. J’y ai effectué mon premier vrai accompagnement social individuel : une expérience forte.

 

Les débuts de Sandra dans la vie professionnelle en tant que CESF.

Gestionnaire de résidence sociale (210-2011)

Tout juste diplômée, j’ai été embauché par cette même association pour une mission de responsable de résidence à Grigny (Essonne), qui accueillait des jeunes en difficultés sociales et judiciaires. Un poste très éprouvant, avec beaucoup de déplacements, des plages horaires très lourdes avec des publics aux profils compliqués (trafic de drogue). J’ai jeté l’éponge au bout de 18 mois.

- Coordinatrice pour une entreprise de maintien à domicile (2011).
Je me suis dirigée vers le maintien à domicile, au sein de l’entreprise Assisteo (Vincennes, Val-de-Marne). Je coordonnais les équipes d’intervenants à domicile, je procédais aux évaluations pour déterminer le nombre d’heures nécessaires. M’incombaient aussi suivi de qualité, gestion des plannings, recrutement et management des interventions, recherche de partenariats… Mais, en conflit avec mon manager, je n’y suis restée que 4 mois.


- Accompagnatrice de salariés du privé en difficultés (2011-2014)
J’ai été embauchée l’association Entreprise Habitation Solidarité (groupe Profilia), pour accompagner des salariés du privé touchés par des difficultés financières ou sociales empêchant leur accès ou leur maintien dans un logement pérenne. Ce qui m’a donné l’occasion de travailler avec de nombreuses entreprises. C’est ainsi que j’ai rencontré Béatrice Bellabas, directrice de Sociobel, une société d’assistantes sociales indépendantes, qui m’a débauchée.


- Depuis janvier 2015 : CESF au sein de Sociobel.
Mes missions ? Accompagner les salariés d’un grand groupe de manière individuelle (problèmes budgétaires, fins de carrière, arrêts maladie) ou collective (réalisation de sensibilisations sur des thèmes comme la retraite, le handicap, le budget…). Je fais aussi des audits sociaux, dans le cadre des risques psychosociaux.

Les qualités nécessaires pour réussir en tant que CESF ?

Il faut savoir faire preuve d’empathie, être doté d’une bonne capacité d’analyse et d’écoute, tout en sachant prendre du recul sur les situations parfois très difficiles rencontrés. Etre aussi très organisée et rigoureuse, avec un fort esprit de synthèse, pour gérer des dossiers multiples et souvent techniques. Enfin, il est indispensable de cultiver un bon réseau de partenariats (professionnels de l’action sociale, institutionnels, entreprises…) : seule, on ne peut rien !

Acceptez-vous de recevoir des notifications d'orientation ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui