Léa - Assistante de service social

Assistante de service social dans un collège


 

Léa est assistante de service social, dans un collège, elle prends en charge les élèves en décrochage scolaire et tente de trouver de solutions. Ayant eu elle même un début de scolarité difficile, grâce à des études spécialisées dans le secteur de l'aide sociale, aujourd'hui elle consacre sa vie à aider les autres. 

Découvrez le métier d'assistante de service social

Qu’est-ce qui vous a orientée vers un métier social ?

Très tôt j'ai voulu m'orienter vers le social. Je voulais d’abord être éducatrice spécialisée puis, au travers de recherches et de stages, je me suis rendue compte que le métier d'assistante sociale correspondait plus à ma personnalité.

Quelle a été votre formation ?

Au collège je n'étais pas une bonne élève. Après la 4ème, j'ai été orientée vers un lycée professionnel. J'ai repris confiance en moi, remonté mes notes et passé le BEP en Carrières sanitaires et sociales puis le bac de sciences médico-sociales avec mention. Après le bac, je me suis inscrite dans un IUT de la région parisienne pour préparer le Diplôme d'Etat d'assistant de service social (DEASS) en trois ans. Durant ma dernière année, j'ai passé en parallèle une Licence professionnelle en intervention sociale. Le DEASS est considéré comme un bac +2 alors que la licence équivaut à un bac+3.

Pouvez-vous nous parler de votre parcours professionnel ?

A la fin de mes études, en 2010, je suis revenue dans ma région d’origine, la Haute-Garonne pour y chercher un emploi. Dans un premier temps j'ai accepté des postes qui ne correspondaient pas à mon diplôme (accompagnatrice) puis j'ai été engagée par la Protection Judiciaire de la jeunesse dans le cadre du service civique. Par la suite, ils m'ont proposé une poste contractuel d'assistante sociale. J'y suis restée deux ans avant d’être remplacée par une titulaire. J'ai fait un intérim d’un mois et demi au sein d’une association avant de reprendre un poste de contractuelle dans l’Education nationale en novembre 2014. J’y suis encore mais j’aimerais désormais obtenir un poste pérenne, qui me permette de me projeter. En décembre, j’ai d’ailleurs été admise au concours d’assistante socio-éducative et je cherche un poste au sein de la fonction publique territoriale.

En quoi consiste votre activité ?

Je travaille au sein du service social en faveur des élèves. J’interviens sur plusieurs collèges et pas seulement sur des sujets liés à la scolarité. L'assistante sociale scolaire est à l'interface entre l'établissement et les familles. Ma mission principale est de repérer des enfants en risque de danger ou en danger. Je travaille en lien étroit avec les partenaires locaux, notamment le service social du secteur. Parallèlement, je m’occupe de la prévention de l'absentéisme et du décrochage scolaire. Je rencontre les élèves et leur famille. J'évalue les situations et fait les accompagnements et orientations adaptés.

Que pensez-vous de votre profession aujourd’hui ?

Le métier d'assistant de service social est un métier de relations humaines et c'est ce qui m'a attirée. J'aime à dire que c'est une profession au sein de laquelle il y a plusieurs métiers. Les missions varient énormément d'une structure à une autre, du privé au public. C'est ce qui fait sa richesse. C'est aussi un métier difficile, avec beaucoup de responsabilités, notamment lorsqu’on intervient en matière de protection de l'enfance.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui veut se lancer dans le métier ?

Dans le contexte socio-économique actuel, on pourrait penser que notre profession est en pleine expansion mais ce n'est pas le cas. Les opportunités de postes varient énormément en fonction des régions. Nos plus gros employeurs sont les conseils départementaux. Or, la réforme territoriale et les coupes budgétaires n’ont pas épargné les services sociaux. Si l’on veut se lancer dans cette carrière, ce doit être par choix et non pas par défaut car elle demande beaucoup d’engagement et de recul.

Acceptez-vous de recevoir des notifications d'orientation ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui