AVOIR DES INFORMATIOSN SUR LES METIERS D'ORTOPHONISTE ET DE PSYCHOTHERAPEUTE

Questions-Réponses : Médical
lemya244 Postée Plus d'un an UNE RÉPONSE Signaler le contenu
bonjour, je souhaiterai connaître tout sur le métier d'ortophoniste, le lieu d'enseignement dispensé ( université ou école), le nombre d'années d'études ainsi que les différentes spécialisations qui existent. Est-il possible d'avoir les mêmes renseignements sur le métier de psychotérapeute. en vous remerciant pour votre réponse.
lemya244 Postée Plus d'un anSignaler le contenu
Bonjour,

*le métier d'ortophoniste :

L'ortophoniste est spécialiste des troubles de la communication écrite et orale dépiste et traite tous les problèmes liés à la parole, à la voix et au langage : retards de parole, défauts de prononciation, bégaiement, zozotement chez les plus jeunes, mais aussi difficultés d'écriture, de calcul, perte de la parole après un accident cérébral ou une opération chez un adulte. L'orthophoniste intervient aussi auprès des enfants ou des personnes malentendantes ou souffrant d'un handicap (trisomie, infirmité motrice cérébrale...). Dans tous les cas, ce spécialiste travaille sur prescription médicale. Il reçoit les patients et effectue un bilan complet avant d'établir un diagnostic et de proposer un programme de rééducation. Lors des séances, l'orthophoniste utilise des exercices adaptés aux problèmes de chaque patient, à son âge et à sa personnalité. Ces exercices techniques sont souvent ludiques (jeux de mots, dessin, musique). Ce professionnel de la santé rend compte des progrès réalisés au médecin prescripteur, à la famille, à l'enseignant de l'enfant...

Près de 80 % des orthophonistes exercent à titre libéral. Les horaires sont souvent lourds et s'adaptent aux disponibilités des parents et des enfants (le matin, le samedi, le soir...). En cabinet, il faut également assurer un certain nombre de tâches administratives et comptables, qui rallongent les journées. En tant que salarié, les horaires sont réguliers. Certains orthophonistes choisissent une activité mixte (un temps partiel salarié dans un hôpital ou une institution spécialisée, et une activité libérale en cabinet).

Il collabore avec de nombreux professionnels du secteur médical, paramédical ou social : l'ergothérapeute, l'orthoptiste, le médecin, le psychologue, les enseignants, l'éducateur spécialisé, l'assistante sociale... Même s'il n'intervient pas uniquement auprès des enfants, cette clientèle reste largement majoritaire : près de 80 % des patients qui le consultent sont en âge d'être scolarisés. La profession est jeune (la moyenne d'âge des professionnels en exercice est de 37 ans) et largement féminisée (95 % des effectifs).

Afin d'éviter une saturation du marché et de garantir des débouchés aux jeunes diplômés, le nombre d'étudiants admis dans les formations est limité par un numerus clausus. Les étudiants qui sortent chaque année de la formation d'orthophoniste trouvent tous un emploi, mais ils doivent être prêts à changer éventuellement de région. En effet, certaines zones manquent d'orthophonistes, alors que d'autres sont saturées.

Pour exercer en libéral, une jeune orthophoniste doit créer ou reprendre une clientèle : elle peut s'installer seule ou avec d'autres professions paramédicales, ou se rendre au domicile des patients. Pour travailler en tant que salariée (14 % des 14 000 orthophonistes recensés le sont), les débouchés se situent dans le secteur public (services hospitaliers de pédiatrie, neurologie, rééducation fonctionnelle...) et dans le privé, au sein de structures spécialisées (instituts médico-pédagogiques , instituts pour enfants handicapés , etc.).

En exercice libéral, le salaire mensuel brut moyen d'une jeune orthophoniste est d'environ 1 600 euros.

Pour travailler en relation avec des publics en difficulté, souffrant de problèmes de communication (enfants handicapés, accidentés de la route, victimes de troubles neurologiques graves...), l'orthophoniste doit posséder une personnalité dynamique, un excellent sens des relations humaines, un bon équilibre personnel et des qualités telles que la patience et le sens de l'écoute . Par ailleurs, les techniques de rééducation utilisées nécessitent des connaissances dans des disciplines variées : grammaire et orthographe, psychologie, logique mathématique, phonétique, dessin, musique... Enfin, la capacité à travailler avec des enfants et la créativité sont indispensables.

Impossible de devenir orthophoniste sans décrocher le Certificat de capacité d'orthophoniste . Ce diplôme se prépare en quatre ans dans treize centres de formation dépendant des facultés de médecine.
Un concours permet d'accéder à la formation. Pour tenter sa chance (beaucoup de candidats et très peu d'élus : 600 places mises au concours d'entrée en première année pour la rentrée 2003), il faut être titulaire du baccalauréat (toutes séries), mais il est fréquent que des étudiants ayant déjà effectué une ou deux années d'études supérieures se présentent.
Le concours est centré sur la maîtrise du français (orthographe, grammaire, syntaxe), la communication orale, ainsi que les aptitudes sensorielles, motrices et psychiques (examens médicaux, tests optiques...). Un entretien est également organisé pour clore la sélection.
La formation propose des enseignements théoriques, sous forme de modules (principes et techniques de rééducation, science du langage, psychiatrie...), et une formation pratique, sous forme de stages cliniques dans les hôpitaux, les centres spécialisés, chez des orthophonistes exerçant en libéral, etc.
Le Certificat de capacité d'orthophoniste permet de suivre la formation d'éducateur de jeunes enfants, en étant dispensé de six mois de formation.

* Centres de formationÉcole d'orthophonie, avenue de Vallombrose, 06034 Nice. Tél. 04 93 37 76 05
* École d'orthophonie, 27 boulevard Jean Moulin, 13385 Marseille. Tél. 04 91 32 43 18
* École d'orthophonie, place Saint-Jacques, 25000 Besançon. Tél. 03 81 66 55 71
* École d'orthophonie, 133 route de Narbonne, 31062 Toulouse Cedex 04. Tél. 05 62 80 90 42 (poste 392)
* Centre de phono-audiologie, place Amélie Raba Léon, 33076 Bordeaux. Tél. 05 56 79 59 64
* École d'orthophonie, 5 rue de l'École de Médecine, 34060 Montpellier Cedex 01. Tél. 04 67 60 10 50
* École d'orthophonie, 2 B boulevard Tonnelle, 37032 Tours Cedex. Tél. 02 47 36 61 02
* École d'orthophonie, 1 rue Gaston Veil, 44035 Nantes Cedex. Tél. 02 40 41 28 50
* École d'orthophonie, 9 avenue de la Forte de Haye, 54505 Vandoeuvre-lès-Nancy. Tél. 03 83 68 31 75
* Institut d'orthophonie, pôle formation, 59045 Lille Cedex. Tél. 03 20 62 76 18
* École d'orthophonie, 4 rue Kirschleger, 67000 Strasbourg. Tél. 03 88 95 87 85
* Institut d'audiophonologie, 8 avenue Rockefeller, 69373 Lyon Cedex 08. Tél. 04 78 77 75 38
* École d'orthophonie de Paris, 47 boulevard de l'Hôpital, 75013 Paris. Tél. 01 45 86 20 38

*le métier de psychothérapeute :

Cette profession s’exerce surtout en complément du métier de psychologue ou de psychiatre, parfois indépendamment. La psychothérapie est encore considérée comme une spécialité. Ce terme générique et désigne toutes les techniques visant à soigner la "psyché". La plus célèbre d’entre elles reste en France la psychanalyse, même si la cure analytique vise davantage la connaissance de soi que le soin. Selon le Syndicat national des praticiens en psychothérapie (SNPpsy), la psychothérapie s’occupe de traiter les personnes éprouvant des difficultés psychologiques, comportementales, sexuelles ou d’origine psychosomatique par le moyen du psychisme. Le thérapeute aide alors le patient à analyser, comprendre, et résoudre ses conflits psychologiques et intra-psychiques. Il existe de nombreuses formes de thérapies : cure psychanalytique, thérapie cognitive, familiale, comportementale...

Il faut savoir que cette profession n’est ni réglementée, ni reconnue. N’importe quel professionnel peut donc s’afficher psychothérapeute sans aucune garantie pour les patients... Cependant le SNPpsy est l’auteur d’une proposition de loi "relative à l’exercice de la profession de psychothérapeute, à l’attribution et l’usage du titre".

- Formation : il n’en existe aucune initiale. La plupart des psychothérapeutes en formation le sont au titre de la formation continue. Les étudiants qui se destinent à la pratique de la psychothérapie doivent commencer par s’engager, pour eux-mêmes, dans une psychothérapie. Pour devenir psychothérapeute, il faut non seulement de l’expérience, mais gagner aussi de l’assurance, de la solidité, et une sérénité personnelle. Et nombre de praticiens viennent tardivement à la profession de psychothérapeute, après avoir exercé un premier métier.

QUESTIONS / RÉPONSES

Pose ta question



DOSSIER

medjcal.pg - copie.jpg

Santé

Les métiers de la santé vont au delà d’une simple profession, il s’agit d’une vocation. Découvrez toutes les formations et tous les métiers du secteur santé

Voir le dossier

Acceptez-vous de recevoir des notifications d'orientation ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui