Je suis actuellement en Hypokhâgne

Questions-Réponses : Autre
voxan Postée Plus d'un an UNE RÉPONSE Signaler le contenu
Bonjour, Je suis actuellement en Hypokhâgne à Compiègne après avoir obtenu mon Bac L. Je suis encore assez indécise sur mon futur métier. Professeur chercheur me tenterait bien mais je ne pense pouvoir décrocher le concours de l’ENS. Le journalisme me tente aussi mais mon niveau en langue me semble trop faible. Reste la profession d’ethnologue mais là je me demande si je me suis bien orientée ?? Car si l’année prochaine je pense aller en Khâgne, je ne sais pas si je dois prendre la voie « littérature-Philo » (matières dans lesquelles je suis le plus à l’aise) plutôt que la khâgne « Histoire-Géo » (car si l’histoire me passionne, je n’aime pas vraiment la géo !). Car si après mes 2 années de prépa, je retourne dans le circuit FAC quelles possibilités aurai-je ? Peut-on obtenir la validation de certaines uv après une Khâgne « littérature-Philo » (ou l’on a encore l’histoire et la géo d’enseignées même si c’est dans un moindre mesure) pour avoir le niveau Licence mention histoire et civilisation (où il n’y a pas de géo si j’ai bien compris ?) Car mon idée serait de préparer une licence mention sociologie tout en continuant un master en Histoire et si c’est compatible finir par un doctorat en ethnologie ? Y a-t-il des solutions pour un tel cursus ? Des dérogations sont-elles possibles ? Dans quelles FAC ? Merci d’avance pour votre réponse.
voxan Postée Plus d'un anSignaler le contenu
Bonsoir,
Tout d'abord, je vous encourage vivement à viser la préparation et la réussite au concours de l'ENS, objectif pour lequel vous êtes entrée en hypokhâgne. Bien entendu, il est possible d'obtenir des équivalences avec la L2 au cas où vous ne parviendriez pas à intégrer l'ENS. Je vous déconseille sociologie, sauf si la recherche dans ce domaine vous passionne, car les débouchés sont extrêmement limités. Quant à l'ethnologie, seule la recherche et l'enseignement offre quelques rares débouchés.Ce parcours s'inscrirait alors dans le cursus d'histoire, avec pour seul objectif un poste d'enseignant /chercheur. es universités n'appliquent pas la sectorisation aux sortants de khâgne..
Quant au journalisme, il ne nécessite pas un niveau excellentissime en langues. Les diplômés d’IEP (Sciences po)institut auquel la khâgne prépare bien, sont traditionnellement bien représentés parmi les admis dans les écoles de journalisme, et cette voie d’accès à la profession s’officialise puisque les huit IEP de province ont signé avec trois écoles de journalisme reconnues une convention permettant aux étudiants d’obtenir les deux diplômes en six ans au lieu de sept. Ceci étant, les formations spécialisées ne sont pas les seules à conduire au journalisme : parmi les nouveaux titulaires de la carte de presse, la plupart sont des universitaires, avec un bac + 3 au minimum..N'hésitez pas à nous recontacter pour des adresses d'établissemnts lorque vous aurez muri votre choix.
Bonne réflexion et continuation.

QUESTIONS / RÉPONSES

Pose ta question



DOSSIER

métier 2.jpg

Divers

Vous pouvez choisir des secteurs professionnels plus confidentiels. Découvrez tous les métiers et les formations des secteurs moins connus du grand public.

Voir le dossier

Acceptez-vous de recevoir des notifications d'orientation ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui