Classe prépa B/L ou B ENS de Chartes pour devenir enseignant

Questions-Réponses : Autre
chevaux Postée Plus d'un an UNE RÉPONSE Signaler le contenu
Bonjour, Je rentre en septembre en terminale S, étant une bonne élève (environ 15.75 de moyenne générale), je réfléchis à intégrer une prépa apres une éventuelle réussite au bac. Les filières qui m'intéresseraient seraient la filière B/L et la prepa filière B à ENS chartres. Mon projet serait de devenir professeur d'histoire. Cependant, des questions me turlupinent : -Je sais que dans le cas d'un échec aux concours d'entrée aux grandes écoles, il y a des systèmes d'équivalences (dans le lycée où je souhaite aller)qui me permetteraient d'obtenir les deux premières années d'une licence d'histoire. Mais faut-il rattraper les cours suivis en licence en parallèle aux cours suivis en prépa ? Faut-il fournir le travail d'un étudiant en histoire en plus de celui d'un élève de prépa ? - Mis à part les horaires et le profil des cours, quelles sont les différences entre la filière B/L et la filière B ens chartres pour devenir professeur d'histoire (passage du CAPES sous réserve de réformes) ? Quelle est la meilleure filière ? -Quelle est la charge de travail approximative en heures en prépa après les cours ? -Existe-il des statisques prouvant que les élèves de classes prépa ont plus de chances de réussir aux concours de professeur que les étudiants en licence ? -Quels conseils peut-on donner à un élève qui souhaite se lancer dans une licence d'histoire et quels conseils peut-on donner à celui qui souhaite en prépa ? -Peut-on conseiller une prépa à un élève qui est angoissé par ses résultats, tendu et par la peur de "tout rater" (sans lui dire qu'il faudrait qu'il prenne confiance en lui, etc...) ? Cela fait beaucoup de questions en une fois mais je vous remercie d'avance d'y répondre...
chevaux Postée Plus d'un anSignaler le contenu

Bonjour Sarah,

- Je sais que dans le cas d'un échec aux concours d'entrée aux grandes écoles, il y a des systèmes d'équivalences (dans le lycée où je souhaite aller) qui me permettraient d'obtenir les deux premières années d'une licence d'histoire. Mais faut-il rattraper les cours suivis en licence en parallèle aux cours suivis en prépa ? Faut-il fournir le travail d'un étudiant en histoire en plus de celui d'un élève de prépa ?

Effectivement, il est possible d'envisager une réorientation vers la filière universitaire pour les étudiants issus d'une CPGE (Classe Préparatoire aux Grandes Ecoles), possibilité basée sur la délivrance d'équivalences concernant les deux premières années de formation et reposant sur la proximité entre les contenus de formation.

Dans cette optique, vous n'avez pas de cours spécifiques à rattraper pour intégrer la troisième année de Licence. Néanmoins, dans les faits, les enseignements en classe préparatoire et à l'université présentent certaines différences. Il peut alors être intéressant pour vous de vous informer sur les enseignements des deux premières années de Licence afin de débuter dans les meilleures conditions votre parcours en troisième année.

- Mis à part les horaires et le profil des cours, quelles sont les différences entre la filière B/L et la filière B ens chartres pour devenir professeur d'histoire (passage du CAPES sous réserve de réformes) ? Quelle est la meilleure filière ?

Il n'y a pas réellement de filière "meilleure" qu'une autre, tout dépendant de votre projet. Si vous souhaitez devenir professeur certifié et donc passer le CAPES, à l'heure actuelle une Licence ou un titre de niveau équivalent (Bac+3) est suffisant, sachant tout de même que dans les faits un Master 1 ou 2 est un plus. De ce point de vue, que vous passiez par une prépa B/L ou la prépa filière B de Chartes n'a guère d'importance.

En revanche, si vous souhaitez tenter l'agrégation et emprunter à terme une voie plus sélective que l'université (Normal'Sup par exemple), il convient de bien choisir votre classe prépa au vu des débouchés qu'elle offre. Dans cette optique, une classe prépa B/L est moins orientée en termes de débouchés que la prépa B de Chartes. Par ailleurs, selon les options choisies, une prépa B/L peut être très intéressante pour vous du fait des enseignements assez marqués en sciences humaines et sociales qu'elle propose.

- Quelle est la charge de travail approximative en heures en prépa après les cours ?

Sur ce point, il est difficile de vous répondre. Naturellement, les classes préparatoires nécessitent une part importante de travail personnel. Mais cela reste très variable d'un étudiant à l'autre et dépend beaucoup de la manière dont vous travaillez et de vos habitudes.

- Existe-il des statistiques prouvant que les élèves de classes prépa ont plus de chances de réussir aux concours de professeur que les étudiants en licence ?

Nous ne disposons malheureusement pas de telles statistiques. Il faudrait d'ailleurs également prendre en compte le niveau d'études final atteint par les candidats, le fait qu'ils aient ou non suivi une préparation spécifique au concours, etc.

- Quels conseils peut-on donner à un élève qui souhaite se lancer dans une licence d'histoire et quels conseils peut-on donner à celui qui souhaite en prépa ? Peut-on conseiller une prépa à un élève qui est angoissé par ses résultats, tendu et par la peur de "tout rater" (sans lui dire qu'il faudrait qu'il prenne confiance en lui, etc...) ?

Il s'agit là de deux filières différentes. La filière universitaire est traditionnellement réputée plus accessible aux nouveaux étudiants. Contrairement à ce qui se passe en classe préparatoire, les étudiants de Licence sont nettement moins encadrés et suivis en cours d'année. Il est alors impératif pour l'étudiant de savoir gérer seul son activité et d'adapter ses méthodes de travail à ce qui est attendu de lui. C'est donc une voie tout à fait envisageable pour les étudiants capables de faire preuve d'autonomie, sachant que l'environnement universitaire et l'évolution de l'année scolaire sont très différents de ce qu'ils ont connu dans le secondaire.

A l'inverse, les classes préparatoires sont beaucoup plus encadrées et nécessitent un travail plus fourni et en continu. Par ailleurs, elles sont traditionnellement plus exigeantes que la filière universitaire. Il n'est pas rare que des étudiants ayant obtenu de très bons résultats dans le secondaire se retrouvent avec des résultats beaucoup moins bons une fois en classe préparatoire. Cela fait, si l'on peut dire, souvent partie du processus en classe préparatoire, et il est alors très important d'être motivé, de ne pas se décourager, et de pouvoir rebondir au mieux en s'adaptant aux exigences de la filière. Naturellement, ce type de parcours est beaucoup plus "stressant" pour les étudiants avec certaines phases possibles de découragement. Il faut donc bien garder cela à l'esprit lorsqu'on s'engage dans ce type de filière.

N'hésitez pas à nous contacter pour toute information complémentaire, nous restons à votre disposition.

A bientôt.

QUESTIONS / RÉPONSES

Pose ta question



DOSSIER

métier 2.jpg

Divers

Vous pouvez choisir des secteurs professionnels plus confidentiels. Découvrez tous les métiers et les formations des secteurs moins connus du grand public.

Voir le dossier

Acceptez-vous de recevoir des notifications d'orientation ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui