CLASSE DE SECONDE ET PROJET PROFESSIONNEL

Questions-Réponses : Autre
gyome5 Postée Plus d'un an 2 RÉPONSES Signaler le contenu
Bonjour Je suis en seconde j'ai un projet personnel à faire d'ici une quinzaine de jours mes profs m'ont prévenu un peu tard, bref j'aurais voulu avoir des infos sur différents métiers qui m'interessent plus ou moins, je suis plutôt scientifique j'envisage une 1ère S, et ensuite je ne suis pas sur c'est pour ça que j'ai quelques problèmes j'aimerais travailler dans le médical mais je sais que c'est assez long et quand même difficile, la kinésitherapie m'interresse beaucoup l'ostéopathie aussi. mais j'ai vu sur votre site les étude pour devenir diététicien je suis encore moins informé dessus. J'aime aussi les langues (anglais allemand) y a t il des etudes dans la traduction pour les films ou relations internationales et traduction? Donc en résumé pouriezvous m'aider pour la médecine, kiné, ostéo, diététicien langues. Merci d'avance Gyome5
gyome5 Postée Plus d'un anSignaler le contenu
Bonjour,

1°)Les études de médecine, sachez qu'il faut 9 ans d'études après le bac sont nécessaires pour décrocher le Diplôme d'Etat de docteur en médecine. Les bacheliers S sont les mieux armés pour réussir. Reste que tous les jeunes ne franchiront pas le cap du concours à la fin de la première année d'études médicales (PCEM 1). Le nombre de places accessibles en deuxième année est en effet limité par un numerus clausus défini par le ministère de la Santé. En 2004, il était de 5 600 places pour l'ensemble des universités. Pour franchir ce cap, il ne suffit donc pas d'être bon. Il faut aussi se classer en tête de liste du concours. Selon les facultés, seuls 10 à 15 % des étudiants passent en deuxième année ! En cas d'échec, ceux qui ont obtenu la moyenne au concours peuvent redoubler une fois. Il est aussi possible de bifurquer vers des études paramédicales.

Pendant six ans, tous les étudiants suivent le même parcours : deux ans de PCEM (premier cycle d'études médicales) suivis de quatre ans en deuxième cycle (DCEM). Le DCEM comprend des cours théoriques, des stages en hôpital et des gardes obligatoires, et débouche sur le concours de l'internat (appelé « épreuves classantes nationales »), qui permet de continuer ses études, tant pour la médecine généraliste que spécialisée. Depuis 2004, la médecine généraliste est en effet devenue une spécialité à part entière et donne lieu à un diplôme d'études spécialisé. Pour les médecins généralistes, les études en internat durent trois ans. Le Diplôme d'Etat de docteur en médecine est validé après la soutenance d'une thèse, à la fin de l'internat.


2°) Les études de masseur-kiné, sachez que avoir le droit d'exercer ce métier, il faut être titulaire du Diplôme d'Etat de masseur kinésithérapeute . Il se prépare en trois ans, après un bac S de préférence, dans l'une des trente-trois écoles publiques ou privées agréées.

Un concours d'entrée très sélectif conditionne l'accès à cette formation (1655 places mises au concours d'entrée en première année pour la rentrée 2004). Il comprend trois épreuves écrites (physique, biologie et chimie). Le programme est celui des classes de première et terminale scientifiques.

Actuellement, quinze écoles (Besançon, Bordeaux, Dijon, Grenoble, Lyon, Marseille, Nancy, Nice, Orléans, Poitiers, Paris, Saint-Étienne, Toulouse, Vichy et Fort-de-France) exigent que leurs étudiants suivent une première année de médecine à l'université (PCEM1) directement après le bac, avant de passer un concours, organisé selon des modalités variables d'une région à l'autre. Les études durent alors quatre années en tout.

La formation comporte un volume important de stages. Les enseignements théoriques portent sur l'anatomie, la physiologie, la biomécanique de l'appareil locomoteur, la pathologie, ainsi que sur les différentes techniques de masso-kinésithérapie (rééducation en traumatologie et orthopédie, en rhumatologie...).

A noter : il existe un projet de réforme des études médicales et paramédicales qui consisterait à rendre la première année de formation commune à 14 professions de santé.

3°)Le Diplôme en Ostéopathie (DO) s'obtient après une formation de 6 années à temps plein (5 200 heures) pour les personnes intégrant la formation directement après le baccalauréat (formations privées payantes).
L'enseignement dispensé est un enseignement supérieur de cycle long aboutissant à un diplôme de type 3ème cycle universitaire.

Les six années d'études sont sanctionnées par :

Des épreuves pratiques.
Une épreuve écrite de sciences fondamentales.
Le Clinicat (traitement de deux patients en situation réelle).
La soutenance d’un mémoire.

Il existe aussi des formations complémentaires s'adressant à des docteurs en médecine.
D'autre part, de nombreuses universités de médecine proposent le DIU de médecine manuelle ostéopathie.

4°)Deux diplômes permettent d'accéder au métier de diététicien : le BTS Diététique et le DUT Génie biologique option diététique .

Tous les deux se préparent en deux ans après un bac S ou STL (sciences et technologies de laboratoire), spécialité biochimie-génie biologique, plus rarement après le bac SMS (sciences médico-sociales). Le nombre de postulants étant important, la sélection (sur dossier et entretien) est sévère.

Le BTS Diététique propose un programme axé sur la biochimie, la biologie, la nutrition et l'alimentation, les techniques culinaires, etc. La formation comprend vingt semaines de stage : en restauration collective la première année, en milieu hospitalier la seconde. Une vingtaine d'établissements, dont sept seulement sont publics, préparent à ce diplôme.

Le DUT Génie biologique option diététique : les enseignements de première année sont communs à toutes les spécialités. La formation aborde plusieurs matières : l'informatique, la physique-chimie, les mathématiques, la biochimie, la biologie... En fin d'année, les étudiants effectuent un stage en collectivité. La diététique n'est abordée qu'en deuxième année : cours de nutrition générale, enseignements spécialisés sur les pathologies de l'adulte et de l'enfant, les régimes thérapeutiques, etc. Quinze semaines de stage permettent aux élèves de travailler en restauration collective et en milieu hospitalier.

Les étudiants titulaires d'un DEUG (deux ans d'études supérieures après le bac) peuvent préparer le DUT en un an, en année spéciale, dans certaines universités.


5°) La traduction : sachez que du côté de la fac, il existe un grand nombre de DEUG , licences et maîtrises langues et civilisations étrangères (LCE) ou langues étrangères appliquées (LEA). Mais il est conseillé de poursuivre jusqu'en troisième cycle. Une quinzaine de diplômes bac + 5 forment des spécialistes de la traduction. Les doubles compétences sont très prisées (droit, finance, économie, biologie... et langues).

Les écoles spécialisées, privées ou universitaires, demandent aux candidats d'être bilingues voire trilingues et de posséder une très bonne culture générale. Les deux établissements les plus cotés sont :

l'ESIT de Paris 3, qui recrute sur concours, au niveau bac + 2 pour la section traduction, et au niveau bac + 3 pour la section interprétation ;
l'ISIT de la Catho de Paris, qui recrute sur concours après le bac et propose notamment une filière juridique
D'autres établissements se sont forgés une solide réputation :

l'ITI-RI (Institut de traducteurs, d'interprètes et de relations internationales), à Strasbourg II (http://u2.u-strasbg.fr/itiri)
l'ESUCA (École supérieure de cadres interprètes-traducteurs), à Toulouse 2 (Tél. 05 61 50 43 22 )
l'INALCO (Institut national de langues et civilisations orientales), à Paris 5 (www.inalco.fr )

jb13007 Postée Plus d'un anSignaler le contenu
Salut, plus d'infos ici sur le projet professionnel

QUESTIONS / RÉPONSES

Pose ta question



DOSSIER

métier 2.jpg

Divers

Vous pouvez choisir des secteurs professionnels plus confidentiels. Découvrez tous les métiers et les formations des secteurs moins connus du grand public.

Voir le dossier

Acceptez-vous de recevoir des notifications d'orientation ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui