Bonjour, Mon fils est actuellement au college et souhaiterait obtenir des informations sur le niv...

Questions-Réponses : Autre
antony Postée Plus d'un an UNE RÉPONSE Signaler le contenu
Bonjour, Mon fils est actuellement au college et souhaiterait obtenir des informations sur le niveau scolaire a atteindre pour les metiers de graphiste ou maquettiste, la liste des ecoles assurant la formation. Tres doue en dessin et creation. Quriez vous un descriptif exacte de ces metiers et l evolution de carriere eventuelle Merci d avance pour votre collaboration Salutations distinguees
antony Postée Plus d'un anSignaler le contenu
les métiers graphiques offrent une rare diversité de pratiques.
S'il y a ici autant de métiers que de techniques, les profession-nels des arts graphiques ne peuvent se contenter de manier un seul outil. Ainsi le graphiste met-il en forme les éléments graphiques d'un processus de communication avec toute la panoplie qu'il juge bon d'employer. Et si sa boîte à outils lui est désormais fournie par l'informatique et la publication assistée par ordinateur (PAO), ça ne le dispense pas de savoir manier un crayon...
Le designer, qu'il s'attache à rendre attrayante la forme d'un emballage ou la ligne d'un produit, doit de plus tenir compte des impératifs techniques ou industriels qui président à la réalisation de sa commande.
Le maquettiste met en scène l'information : il est chargé de la mise en page du texte et de l'image et intervient donc en amont de la chaîne éditoriale.
Le roughman est un dessinateur intuitif, un pro de l'esquisse : il traduit immédiatement une idée en dessin, pense en termes de traits et de volumes.
L'illustrateur est l'artiste dont la technique se rapproche le plus de celle du peintre. Chaque illustrateur possède sa spécialité : BD, mode, automobile, etc.
Le graphiste-décorateur ou peintre en lettres enfin, réalise des publicités, peintes ou adhésives : publicités sur véhicules, panneaux, banderoles, enseignes... qu'il s'efforce de rendre belles et lisibles tout à la fois.
A cette variété de pratiques correspond une même diversité dans les statuts professionnels. Ainsi, dans l'édition, les illustrateurs ou maquettistes sont-ils des artistes indépendants recrutés au coup par coup pour un ouvrage donné ou pour une collection. Ceux qui bénéficient d'un statut de collaborateur permanent y sont très rares.
Les maquettistes et dessinateurs de la presse ont le statut de journaliste. Les dessinateurs sont en général des pigistes payés au dessin tandis que les maquettistes ont la chance d'être en général salariés à titre permanent. Les places de dessinateurs sont rares. Pour la publicité, la création est confiée à des graphistes « seniors », c'est-à-dire confirmés. Ils exercent à titre libéral ou sont regroupés en société.
De leur côté, les designers, s'ils peuvent être intégrés dans les plus grandes des entreprises au sein d'un service interne, travaillent le plus souvent en agences à l'instar des architectes d'intérieur.
Les dessinateurs de cinéma d'animation ont le statut d'intermittents du spectacle. Comme pour toutes les professions du cinéma et de la télévision, le chômage est massif et les périodes d'inactivité fréquentes. Enfin, dans la bande dessinée, les aléas des créateurs sont ceux que rencontrent tous les auteurs ; il est rare de trouver un éditeur, et très peu de dessinateurs parviennent à vivre de leur art.
On l'a vu, sous l'appellation « Arts graphiques » se cache une grande diversité de pratiques et de perspectives professionnelles. Rien d'étonnant, donc, à ce que les formations aux arts graphiques soient difficiles à recenser tant elles sont nombreuses. Il y en a pour tous les styles et pour tous les niveaux : dans les établissements qui dépendent du ministère de l'Education nationale, du ministère de la Culture ou dans les écoles privées d'art. Pour obtenir les adresses de ces établissements, contacter le Centre d'Information Jeunesse (CIJ) ou le CIO le plus proche de son domicile.
Les diplômes préparés en 2 ou 3 ans après la classe de 3e ou de seconde conduisent à des fonctions d'exécution. Dans le domaine qui vous intéresse, ce sont les CAP, le bac pro, les brevets de technicien et le bac spécialisé en arts appliqués.
Le CAP de dessinateur d'exécution en communication graphique. Le titulaire de ce CAP peut exécuter un projet ou finaliser une maquette avant impression. Son travail se situe entre le travail de création du concepteur du projet et le travail d'édition et d'impression. Le recrutement se fait sur livret scolaire, tests d'aptitude ou concours. Durée : 2 ou 3 ans après la 3e.
Le CAP agent d'exécution graphiste-décorateur. Cette formation (2 ans après la 3e) permet d'acquérir les savoir-faire traditionnels des peintres en lettres et la maîtrise des outils informatiques, de la sérigraphie et de la découpe des matières plastiques. Le titulaire de ce diplôme réalise des produits publicitaires d'information et de communication.
Le bac pro artisanat et métiers d'art option communication graphique. Ce diplôme conduit aux secteurs de la publicité, de l'édition et de la presse. Son titulaire maîtrise les techniques de mise en page d'un document et exécute une maquette à partir des consignes du concepteur. Il se prépare en 2 ans et est ouvert en priorité aux titulaires du CAP dessinateur d'exécution en communication graphique, du CAP d'agent d'exécution graphiste-décorateur, du CAP enseigne lumineuse, d'un CAP ou BEP des industries graphiques.
Le BT de dessinateur-maquettiste. Ce diplôme porte sur la réalisation de maquettes pour les secteurs de la publicité, de l'édition, de la presse et pour les services communication des entreprises. Il se prépare en 3 ans après la classe de 3e. Il faut choisir la classe de seconde spécifique. Pour accéder à cette préparation, il faut avoir un avis favorable du conseil de classe en fin de 3e, passer des tests d'aptitude ou un concours d'entrée. Les titulaires du BT peuvent poursuivre des études en BTS expression visuelle ou dans les écoles d'art (une année de mise à niveau est parfois nécessaire).
Le brevet des métiers d'art graphisme et décor .Ouvert en priorité aux titulaires d'un CAP agent d'exécution graphiste-décorateur, ce diplôme comporte deux options : « Graphiste en lettres et décor » ou bien « Décorateur de surfaces et de volumes ». Un intérêt majeur : la formation se déroule pour partie en milieu professionnel et un stage de douze semaines est prévu en entreprise.
Le bac STI arts appliqués se prépare en 2 ans après une classe de seconde générale et technologique (choisissez d'ores et déjà en seconde l'option « Arts appliqués »). La sélection des élèves se fait ensuite sur dossier scolaire.Ce baccalauréat reste sans doute la meilleure entrée vers les poursuites d'études dans le domaine des arts appliqués.
Très riche en enseignement artistique - plus de 20 heures par semaine - la formation reste généraliste : peinture, maquette, céramique, costume, photo, etc. Ce bac permet de poursuivre des études en BTS communication visuelle, dans les écoles des beaux-arts ou à l'université (en arts plastiques).
Formations courtes en 2 ans après le bac, les BTS et DMA du secteur des arts graphiques sont des diplômes très convoités. Aux plus pressés, ils permettent de se lancer dans la vie professionnelle, et laissent le choix aux autres de poursuivre des études en préparant un DSAA (diplôme supérieur des arts appliqués) ou un diplôme dans une école d'art.
Le BTS expression visuelle option espaces de communication Cette formation conduit à des postes d'assistants-concepteurs intervenant dans tous les secteurs de la création d'espaces de communication : stand, maquette, publicité sur lieu de vente, conditionnement, exposition... Le BTS se prépare en 2 ans après un bac technologique arts appliqués ou un BT arts appliqués, (dans ce cas, on préférera l'option dessinateur-maquettiste).
Le BTS communication visuelle remplace le BTS expression visuelle option images de communication. Il prépare à des postes d'assistants-concepteurs intervenant dans les différents secteurs du graphisme, de la typographie, de la photo, de l'animation et, bien sûr..., du multimédia
Les BTS communication graphique et productique graphique sont des formations qui conduisent aux métiers techniques de l'imprimerie. Mais attention, ils ne recrutent pratiquement que des bacheliers scientifiques ».
Le DMA arts graphiques de l'Ecole Estienne forme en deux ans des concepteurs-réalisateurs. Il comprend quatre options : illustration, gravure, reliure-dorure, typographie. Il se prépare après un bac technologique ou un BT arts appliqués, après une classe de terminale des métiers d'art ou une classe de mise à niveau. Après le DMA, les meilleurs et les plus tenaces pourront tenter d'obtenir un diplôme supérieur d'arts appliqués, d'entrer à l'Ecole nationale supérieure des beaux-arts ou à l'Ecole nationale supérieure des arts décoratifs.
Document établi à partir des sources documentaires du CIDJ
Nous restons à votre disposition

QUESTIONS / RÉPONSES

Pose ta question



DOSSIER

métier 2.jpg

Divers

Vous pouvez choisir des secteurs professionnels plus confidentiels. Découvrez tous les métiers et les formations des secteurs moins connus du grand public.

Voir le dossier

Acceptez-vous de recevoir des notifications d'orientation ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui