Thomas - ingénieur en efficacité énergétique du bâtiment

Ingénieur en efficacité énergétique du bâtiment chez Sinteo


 

A 25 ans, Thomas Coudrin est ingénieur en efficacité énergétique du bâtiment. Diplômé de l’ENSGTI de Pau, il nous raconte son parcours avant son embauche en CDI.

Thomas - ingénieur en efficacité énergétique du bâtiment

Le parcours scolaire de Thomas avant de devenir ingénieur en efficacité énergétique du bâtiment

Bac S, lycée du Sacré-Cœur à Angers (2008) puis classe préparatoire aux écoles d’ingénieurs, lycée Henri Bergson à Angers (2008-2011)
"Au sortir de mon bac, je me suis orienté vers cette filière, ultra sélective et exigeante, dans le but de me diriger vers des études d’ingénieurs, mais sans encore d’idée précise sur telle ou telle spécialité. J’ai effectué cette prépa en trois ans. Une période très intensive, avec maths et physiques à gogo, saupoudrés de sciences de l’ingénieur ainsi que de français et d’anglais. Le tout 100% théorique : pas de place pour un stage."

ENSGTI (Ecole nationale supérieure en génie des technologies industrielles), à Pau (2011-2014)
"J’ai été admis dans cette école du Sud-Ouest de la France, préparant à deux spécialités au choix : Energétique ou Génie des procédés. J’ai opté pour la première voie. La première année se situe dans la continuité de la prépa, avec une approche plus concrète, plus appliquée à notre future fonction d’ingénieur. On découvre aussi quelques nouveaux cours (Programmation informatique, Transferts, Mécaniques, et la découverte de quelques enseignements de spécialité). On bûche aussi français et langues, comptabilité ou droit des brevets. L’année se conclut par un stage ouvrier de deux mois. Pour ma part, j’ai travaillé en tant qu’opérateur chez un fabricant de barquettes plastique, Form’Plast, à Angers. Ma mission : placer ces barquettes en cartons et palettes avant l’expédition. Au-delà de son côté un peu répétitif, l’expérience a été riche en belles rencontres et en enseignements : il est important d’avoir vu au moins une fois ce qu’il se passe en bout de ligne de production, au bas de l’échelle, avant d’escompter diriger ces lignes et ces équipes."

"En 2ème année, on entre vraiment dans le vif du sujet. Au programme : la performance énergétique des procédés, des équipements, des bâtiments… Avec, en sus des cours magistraux, davantage de TP et TD en petits groupes. J’ai bouclé l’année sur un stage de 4 mois à l’IFPEN (Institut français du pétrole et des énergies nouvelles). Une mission de recherche cette fois : j’ai travaillé sur les bio raffineries, et en particulier sur l’analyse de tous les impacts – environnementaux, énergétiques – susceptibles d’influer sur un bio carburant au cours de son cycle de vie."

"En 3ème année, j’ai encore affiné mon orientation en me dirigeant vers la section Energétique du bâtiment. Une filière où l’on étudie les principes constructifs des bâtiments, les réglementations thermiques qui s'y appliquent, les outils de calcul réglementaire et où l’on apprend à faire de la simulation thermique dynamique, très utile pour apprécier le confort d'un bâtiment. J’ai effectué mon stage de fin d’école dans un bureau d’études parisien d’une quarantaine de salariés, Sinteo. J’y ai fait de l’audit énergétique. Cela consiste à aller voir un bâtiment pour un client, à dresser un état des lieux technique de toutes ses installations, de la climatisation à l’éclairage, puis de proposer un plan d’action pour améliorer la performance de son enveloppe ou de ses équipements. Ma mission comprenait aussi un peu de certification et de l’énergie management (accompagnement du responsable technique d’un site dans une démarche d’économies d’énergie au quotidien)."

Les missions de Thomas en tant qu’ingénieur en efficacité énergétique du bâtiment

"Depuis mars 2015, je suis en CDI chez Sinteo, où j’ai été embauché dans la foulée de mon stage, en tant que chargé d’études Immobilier durable. Je poursuis les missions de mon stage. J’interviens principalement dans l’audit énergétique et l’énergie management. Je touche aussi parfois à la certification, au calcul réglementaire, le tout à destination des professionnels de l’immobilier. Un tiers de mon temps est consacré aux déplacements, dans toute la France, le reste se passe au bureau, à la rédaction de rapports et d’analyses."

Quelles qualités sont nécessaires pour réussir dans ce métier ?

"Il faut de bonnes connaissances techniques (utilisation de logiciels, expertise en matière de réglementation thermique et de technique des équipements). Mieux vaut être bon communiquant et avoir l’esprit de synthèse : les projets se font en interaction avec de nombreux acteurs, en interne comme en externe, et nous jonglons souvent avec plusieurs à la fois ! L’autonomie et la prise d’initiative sont impératives."

Acceptez-vous de recevoir des notifications d'orientation ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui