Amir - plombier

Plombier dans le BTP


 

Amir est plombier depuis 23 ans dans la même entreprise de BTP, dont il a peu à peu gravi les échelons. Il revient sur son parcours.

Amir - plombier

Qu’est-ce qui vous a orienté vers l’univers du BTP ?

"Quand j’étais petit, à Madagascar, j’aimais bricoler. Il faut dire que, dans mon entourage, il y avait pas mal de personnes qui travaillaient dans le BTP. Arrivé en France à l’âge de 16 ans, je me suis naturellement orienté vers un lycée technique et c’est à ce moment-là que j’ai développé mon intérêt pour le BTP (grâce aux salons…) et notamment pour la plomberie."

Quelle a été votre formation ?

"J’ai fait un CAP et un BEP qui s’intitulait à l’époque « Tout transport de fluide ». Je ne sais pas si ça existe toujours, en tout cas sous le même nom. Aujourd’hui, je pense que ce qui se rapproche le plus c’est un CAP installations sanitaires ou un BEP Technique des installations sanitaires et thermiques."

Pouvez-vous nous parler de votre parcours professionnel ?

"Au début, j’ai été embauché en tant qu’ouvrier dans une entreprise du BTP. J’y ai gravi les échelons peu à peu. J’ai aujourd’hui 23 ans d’ancienneté et je suis désormais un compagnon professionnel, c’est à dire que je peux effectuer les travaux délicats avec une grande autonomie d’action. Je forme aussi les jeunes qui intègrent l’entreprise. J’ai à présent le grade d’ouvrier hautement qualifié (OHQ)."

En quoi consiste votre activité au quotidien ?

"La plomberie regroupe plusieurs types d’activités en fait. On peut faire de l’installation de canalisation sur des chantiers mais aussi du dépannage, de la rénovation (salle de bain, chauffage, climatisation, gaz et électricité). On peut même parfois être amené à faire de la petite maçonnerie."

Que pensez-vous de votre métier aujourd’hui ?

"C’est un métier qui est beaucoup plus mis en valeur aujourd’hui, mais qui n’attire pas les jeunes pour autant car il est vu comme un métier sale. Il est rare qu’on songe d’abord à devenir plombier, pourtant il y a une pénurie de « vrais » plombiers professionnels. Ce d’autant plus que l’ouverture des frontières européennes a créé une concurrence déloyale."

Quels conseils donneriez-vous à un jeune qui veut se lancer dans le métier ?

"De ne pas avoir honte de ce métier, car il vaut de l’or. En plomberie, on touche à tous les corps de métiers (ex : maçonnerie, électricité…). Je lui dirais de persévérer, de ne pas être fainéant et, surtout, d’être attentif aux conseils de son formateur."

Acceptez-vous de recevoir des notifications d'orientation ?

Vous pouvez y mettre fin facilement à tout moment.
Non merci
Oui