Zoom : le métier d’astronaute, c’est quoi ?

  • Publié le 21 avril 2021
  • Mis à jour le 22 avril 2021
  • Adeline Arénas
Vendredi 23 avril, la fusée Falcon 9 décollera en direction de la station spatiale ISS. À son bord, quatre astronautes dont Thomas Pesquet. Pour l’occasion, digiSchool fait un zoom sur ce métier, qui mêle rigueur scientifique et conditionnement physique intense !
astronaute

Feras-tu partie des spectateurs qui suivront le lancement de la fusée Falcon 9 à 11h49, vendredi 23 avril ? S’il promet d’être très suivi, c’est parce que la capsule Crew Dragon propulsée par la fusée va transporter quatre astronautes jusqu’à la station spatiale internationale (ISS).  Parmi eux, le français Thomas Pesquet, qui repart pour une mission de six mois à bord du laboratoire spatial. Car oui, être astronaute, c’est avant tout un travail scientifique. Ceux qui travaillent à bord de l’ISS ont un programme chargé. De son côté, Thomas Pesquet devra mener douze expériences scientifiques, notamment dans les domaines de l’environnement, du vieillissement cellulaire ou de la réalité virtuelle.

Être astronaute, ça ressemble à quoi ?

Il faut d’abord savoir que l’occasion de partir dans l’espace ne se présente pas souvent dans la carrière d’un astronaute. Quitter la Terre pour aller à bord de l’ISS, c’est un peu le Graal d’une carrière !

Cela dit, un astronaute qui attend patiemment de partir dans l’espace ne reste pas sans rien faire sur Terre. Au contraire, ses activités restent étroitement liées au domaine spatial. Son profil scientifique lui permet de contribuer à des expériences et d’accomplir des travaux de maintenance. Il participe également à des rencontres internationales liées à l’aéronautique.

Ça, c’est pour le côté théorique. En effet, le métier d’astronaute comporte une partie physique très intense. C’est pourquoi il faut être un excellent sportif pour l’exercer ! Ainsi, un astronaute suit un entraînement physique quotidien. En outre, il participe à des simulations de missions, s’entraîne à réaliser des sorties extravéhiculaires, étudie les effets de l’apesanteur… Il réalise également des vols courts en apesanteur dans des avions faisant des vols paraboliques.

Pour partir dans l’espace, un astronaute doit pouvoir justifier de 1000 heures de vol au minimum. Ceci équivaut à environ trois ans d’activité pour un pilote professionnel. C’est pour cette raison que les profils de pilote militaire ou pilote de ligne, par exemple, ont de fortes chances d’être sélectionnés par l’Agence spatiale européenne. Bien sûr, un solide bagage scientifique est également requis.

Voir aussi : Victoria, ingénieure aérospatiale engagée pour l’égalité

L’Agence spatiale recrute des astronautes

Si ton rêve est de faire ce métier, sache que l’Agence spatiale européenne (ESA) vient de lancer sa campagne de recrutement de nouveaux astronautes. Selon le site du gouvernement, il s’agit d’une première depuis plus d’une décennie ! Tu as jusqu’au 28 mai 2021 pour déposer ta candidature en ligne.

Bien entendu, tu devras respecter certaines conditions :

  • être une femme ou un homme de 27 à 50 ans citoyen d’un État membre de l’ESA
  • être diplômé au minimum d’un master scientifique (physique, sciences de la Terre, biologie, médecine, mathématiques, informatique) ou ingénieur
  • avoir 3 ans d’expérience professionnelle et parler couramment anglais
  • avoir quelques aptitudes psychologiques et personnelles, comme la capacité à garder son calme sous la pression, et à se déplacer longuement et loin de son domicile.

Finalement, la procédure de recrutement se terminera en octobre 2022. Quatre à six astronautes devraient être retenus. À ce petit nombre s’ajouteront une vingtaine de réservistes qui auront réussi toutes les étapes de la sélection. Ceux-ci seront susceptibles d’êtres appelés dans le corps des astronautes en cas de besoin. Pour la première fois l’ESA a pour projet de sélectionner aussi dans le groupe des réservistes une personne en situation de handicap.

Quant aux astronautes sélectionnés, ils séjourneront à bord de la Station spatiale internationale (ISS), participeront aux missions lunaires et prépareront les futures missions habitées vers Mars. Tout un programme !

Si le métier d’astronaute te tente, des écoles, notamment d’ingénieurs, proposent des programmes spécialisés dans l’aéronautique ou le spatial (IPSA ou ISAE SUPAERO). Et si tu ne veux pas partir dans l’espace mais travailler dans ce domaine, les voies et les diplômes sont variés. En effet, il existe des bac professionnels en aéronautique, des BTS aéronautiques, ou encore des licences pro aéronautique. Alors à toi de trouver ta voie !

Sur le même sujet
Soft skills ingénieur 08/12/2020 à 10:21

Quelles sont les soft skills à cultiver pour devenir ingénieur ?

Les soft skills, ce sont les compétences comportementales que tu peux développer parallèlement aux compétences techniques que tu apprends en cours (hard skills). Les soft skills sont de plus en plus prisées par les recruteurs : quelles sont celles dont tu as besoin si tu vises le métier d’ingénieur ? On te dit tout ici.

but école d'ingénieurs 19/02/2021 à 09:23

BUT ou Bachelor en école d’ingénieurs ?

Les BUT (Bachelors Universitaires de Technologie) sont des formations en trois ans qui donnent le grade de licence. La formation succède aux DUT. Moins chère, nationalement reconnue, elle pourrait désormais sérieusement concurrencer les Bachelors en écoles d'ingénieurs. Laurent Gadessaud, porte-parole et vice-président de l’Assemblée des Directeurs d’IUT, apporte son éclairage.

Commentaires (0)

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.